(Vu sur la Toile)

 

Finistère : deux fillettes, un homme et une femme retrouvés morts
(Source AFP – Lepoint.fr)

Magazine Le Point.- La petite commune de Carantec, 3 200 habitants à l’année, près de Morlaix, a été témoin d’un drame dimanche 30 octobre. Un homme, une femme et deux fillettes d’une même famille ont été retrouvés morts, a-t-on appris auprès du parquet. Le drame « semble s’inscrire dans un contexte de séparation du couple » selon le parquet. Une enquête pour homicides volontaires a été confiée à la gendarmerie, selon un communiqué du parquet de Brest. Aucun des corps ne portait de trace de blessure externe ou d’arme à feu.

Arrivés sur place peu après 10h suite à un appel de la mère de la jeune femme, inquiète de ne pas avoir de ses nouvelles, les gendarmes ont d’abord découvert le corps du père, âgé de 41 ans, pendu au rez-de-chaussée de la maison. Ils ont ensuite retrouvé les corps des deux fillettes, âgées de 8 et 11 ans, « chacune dans son lit et dans sa chambre au premier étage ». Le corps de la mère de famille, âgée de 38 ans, allait être retrouvé dans la chambre conjugale.

 

Les circonstances de la mort des filles et de la mère inconnues

 

Les premières constatations « n’ont révélé aucune trace de blessure externe, ni d’utilisation d’une arme sur aucun des corps », relève le parquet. « L’habitation ne présentait aucun désordre apparent. Le drame semble s’inscrire dans un contexte de séparation du couple ». Une autopsie devra déterminer l’origine des décès de la mère et des deux fillettes, précise le communiqué. Un chien, appartenant apparemment à la famille, a également été retrouvé mort.
Selon le quotidien Télégramme, basé à Morlaix non loin de Carentec, l’homme travaillait dans une marbrerie de la région et sa femme travaillait comme commerciale dans une résidence pour seniors à Morlaix. Leurs deux filles étaient également scolarisées dans la « cité du viaduc », souligne le journal. La plus jeune fréquentait une école primaire et sa sœur aînée était en sixième au collège Saint-Augustin, “comme l’avaient été ses parents auparavant”.