(Vu sur la toile)

 

Bernard Tapie : quelques heures après sa disparition, son fils Laurent explose de colère en direct à la télé !
(par Matilde Rodriguez-Abidi – Rédaction du magazine Public)
|
Public.- Après des années de combat contre le cancer, Bernard Tapie a rendu son dernier souffle ce dimanche 3 octobre 2021. C’est sa famille qui a annoncé la triste nouvelle dans un communiqué envoyé au groupe La Provence.

« Il est parti paisiblement, entouré de sa femme, ses enfants, ses petits-enfants et son frère, présents à son chevet. Il a fait part de son souhait d’être inhumé à Marseille, sa ville de coeur », ont indiqué ses proches.

L’homme d’affaires, âgé de 78 ans, souffrait d’un double cancer de l’oesophage et de l’estomac. Sa mort a suscité de nombreuses réactions. Sur CNEWS, son ami Pascal Praud a tenu à saluer la mémoire de Bernard Tapie, estimant qu’il n’était « pas fait du même bois que les autres ». L’animateur et ses intervenants sont ensuite revenus sur le parcours de Bernard Tapie. Mais certains propos ont fait bondir le deuxième fils de Bernard Tapie. En direct sur CNEWS, Laurent Tapie a laissé exploser sa colère.

« Je n’avais pas du tout envie de réagir, mais c’est plus fort que moi quand j’entends dire des bêtises », commence-t-il avant de pousser un gros coup de gueule. « Pendant 28 ans, les médias, vous avez dit des bêtises les unes après les autres. On a tout essayé pour les faire rectifier. Ça a mis beaucoup de temps pour les faire rectifier (…) Ça nous a toujours énormément affectés et j’aimerais bien, maintenant qu’il est mort, que vous essayiez d’en dire moins », dit-il encore. Laurent Tapie a tenu à remercier Pascal Praud qui a refusé d’évoquer les affaires judiciaires de Bernard Tapie un peu plus tôt dans la matinée.

« Il est pour nous un membre de la famille, tellement il connaît mon père et tellement il en parle bien. Et tout à l’heure, votre collègue, au milieu de ces hommages et de ce reportage, n’a pas pu s’empêcher de dire : ‘Mais il y a aussi le Bernard Tapie qui licenciait les gens, etc.’ Pascal a dit : ‘Ce n’est pas le moment de parler de ça’. Mais c’est pas ça qu’il faut répondre. Il faut en parler au contraire. Moi j’aimerais qu’une fois pour toute, maintenant qu’il est mort, on comprenne que les emplois qui ont été supprimés, c’était des emplois perdus », remarque Laurent Tapie avant de poursuivre, très agacé : « Est-ce qu’un jour, après vingt-huit ans, vous allez comprendre ça ? Que les entreprises qu’il rachetait étaient mortes. Que quand il prenait une boîte et qu’il y avait 1 000 personnes, si on en enlevait 300, c’était 700 (emplois) qui étaient sauvés. C’était pas 300 qui étaient supprimés. Il en a sauvé des milliers, des emplois. C’est ça que vous n’avez jamais pu comprendre. Il a sauvé des milliers d’emplois ». Celui qui a été directeur de la filiale numérique du groupe Partouche conclut : « J’espère qu’enfin vous allez arrêter de débiter des conneries après vingt-huit ans que vous le faites. Et commencez par vérifier les faits que vous donnez à l’antenne, ça vous changera ! ».