Même si nous ne sommes pas fans de la page Facebook de la commune d’Estagel, c’est avec plaisir, que nous avons appris par l’intermédiaire des réseaux sociaux répercutés par les « amis » FB, que Monsieur le Préfet, Rodrigue Furcy, était dans nos murs ces derniers jours. Nous tenons à saluer sa venue dans notre département, aujourd’hui dans notre cité. Suivant l’actualité dans les rubriques villages, nous apprécions aussi son approche sur le terrain de la ruralité

 

En effet, dans n’importe quel domaine, c’est sur le terrain que les choses peuvent être le mieux appréciées, analysées, comprises. Encore faut-il que tout soit dit, montré, en désignant le positif, mais aussi ce qui l’est moins et parfois carrément négatif. En un mot comme en cent, ne pas faire comme il était coutume dans certains pays, et même en France, de ne montrer que les belles choses, les belles réalisations. À croire que ces coutumes, on fait des petits, perdurent.

 

Que retiendra Monsieur le Préfet ?

 

À en croire les écrits, une approche mirobolante, scintillante, positivement correcte de bout en bout, a été faite de la situation de notre précieux village. Les élus auraient manqué à leur devoir s’il n’en avait pas été ainsi. Mais à notre avis, certains points d’ombres mériteraient quelques précisions, mériteraient une réelle approche, même si elles devaient montrer certains points négatifs.

Par exemple, en ce qui concerne le Colisée. Une personne arrivée en 2011 est venue nous dire que depuis ce moment-là, elle entend parler de ce lieu qui aurait pu rester emblématique. Depuis, aucune avancée !

D’évidence, des décisions importantes sont prises et complètement ignorées des habitants, tel que la construction d’une future mairie ou encore un projet de photovoltaïque si nous avons bien compris.

Quant aux inondations de 1999, nous espérons qu’il aura été fait rappel à Monsieur le Préfet des décisions qui avaient été prises par son prédécesseur à ce moment-là.

Précisons toutefois, que si Estagel a les équipements d’une commune de 5 à 6 000 habitants, c’était déjà le cas lorsque Antoine Sarda était maire.

 

Ce qui aurait pu intéresser Monsieur le Préfet

 

La situation très compliquée de notre viticulture et pour laquelle les vignerons sont très inquiets, aurait certainement attiré toute l’attention du responsable préfectoral. Ou encore, la disparition de la perception remplacée par la « Maison France Service » à la charge de la commune pour ce que nous en savons. Également, le danger visible à l’œil nu, de voir d’autres commerces du centre-ville disparaître pour faire un désert de ce dernier. Les problèmes récurrents du désert médical et de la situation de « la Maison de santé » du village voisin, auraient pu aussi être un sujet de conversation. Cette Maison de santé regardée par de nombreux Estagellois, car patients des docteurs aujourd’hui disparus. La situation de la sécheresse et de l’eau, avec le barrage sur l’Agly pratiquement vide, aurait été l’occasion de dialoguer sur les décisions prises pour faire face à cette situation.

En un mot, il aurait été avantageux que Monsieur le Préfet, soit aussi entretenu sur les difficultés journalières rencontrées par nos populations rurales et la ruralité.

Nous arrêterons la liste sur laquelle les discussions auraient pu porter. Ce qui nous fait dire, que ce n’est pas en pratiquant le politiquement correct et le conformisme, que les choses évoluerons dans le bon sens. De plus, nous pensons que ce n’est pas ce qu’attendent les responsables de l’Etat. Ils attendent la vérité.

Nous terminerons nos propos en citant Goethe : « Oui, oui, mon cher, il faut être jeune pour accomplir de grandes choses ».

À méditer !

 

Joseph Jourda