(Communiqué)

 

 

 

Préfecture, Perpignan.- L’épisode de sécheresse exceptionnelle qui touche l’ensemble du département depuis la fin du printemps continue d’impacter les milieux naturels et les activités humaines.

Les partenaires en charge de la gestion de l’eau ont tenu, le 24 août, la sixième réunion du «comité départemental ressource en eau » de l’été, pour partager le diagnostic et un nouveau point de situation est fait régulièrement.

Sur le bassin versant du Tech, où la situation est la plus tendue, les récents orages n’ont pas permis d’inverser durablement la dynamique déficitaire établie depuis le début du mois de juillet. Les eaux superficielles et les eaux souterraines atteignent des niveaux historiquement bas, qui nuisent gravement aux écosystèmes aquatiques et ne permettent plus de satisfaire les besoins agricoles. Face à cette situation, les gestionnaires de canaux d’irrigation ont entrepris de réduire encore leur consommation d’eau, allant au-delà de leurs obligations réglementaires et se sont engagés à maintenir, voire renforcer, ces efforts qui atteignent 70 %.

Les irrigants des autres vallées du département, également conscients de la nécessité de préserver et répartir au mieux la ressource entre les différents besoins, ont aussi pris des initiatives de réductions supplémentaires de leurs prélèvements d’eau. Pour les canaux d’irrigation de la vallée de la Têt, ces réductions atteignent 36 % pour la Fédération des canaux du Conflent et 32 % à l’aval du barrage pour l’Association des canaux à l’aval de Vinça, soit des diminutions supérieures aux obligations réglementaires (25 % de réduction).

Les agriculteurs prélevant dans les nappes souterraines du Tech ont également prévu de baisser volontairement leurs consommations. Des groupes de travail conduits par la Chambre d’agriculture, le Syndicat des nappes de la plaine de Roussillon et la DDTM, réuniront les propriétaires de forages agricoles dans les prochains jours et seront consacrés aux efforts qui peuvent être engagés dans les secteurs du Tech et des Aspres.

Le préfet des Pyrénées-Orientales salue ces efforts, qui permettent de réduire la pression subie par les milieux et, ainsi, d’éviter les passages aux restrictions obligatoires plus importantes. Il en appelle à la responsabilité de tous, et notamment des propriétaires des forages pompant les plus gros volumes dans les nappes, pour réduire encore les consommations si possible en-deçà des obligations réglementaires.

Au vu de ces éléments, la préfecture des Pyrénées-Orientales a décidé, en application du code de l’environnement, de maintenir les restrictions en vigueur dans la vallée du Tech mais également dans le reste du département, où la situation est stabilisée grâce aux efforts de tous, mais reste sous surveillance. La Cerdagne bénéficie en revanche d’une amélioration notable de sa situation suite à des épisodes pluvieux survenus dans cette zone : le secteur est replacé au niveau « Vigilance » et ne fait plus l’objet de restrictions réglementaires des usages de l’eau.

Au-delà de ces mesures, la préfecture des Pyrénées-Orientales demande à tous les usagers d’adopter un comportement responsable et économe en matière d’utilisation de l’eau, en respectant la réglementation, voire en allant au-delà, si possible.

Les modalités de mise en oeuvre de toutes ces mesures, ainsi que la liste des communes concernées, sont précisées dans l’arrêté préfectoral et dans de nouveaux documents pédagogiques consultables à l’adresse suivante :

https://www.pyrenees-orientales.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-eau-risquesnaturels-et-technologiques/Eau-et-Peche/Reglementation-de-l-Eau/Ressource-en-eau/Mesuresde-restrictions/Preservation-de-la-ressource-en-eau