Le Conseil Municipal de Sorède s’est réuni le mercredi 26 octobre, à 18H, salle des Mariages, sous la présidence de son maire, Yves Porteix (la maire-adjointe Mireille Mestres est élue secrétaire de séance)
Si Yves Porteix et son opposante en Chef sur les bancs du Conseil Municipal, Yvette Periot, ont les mêmes initiales, « Y & P », la comparaison, ou plutôt le lien politico-social entre les deux élus s’arrête là !

Car pour tout le reste : circulez, y’a rien à voir ! Démonstration en a encore été faite lors de la dernière séance publique Conseil Municipal, l’autre mercredi.

Alors que les élus abordaient l’ordre du jour en commençant par la passation de marchés de travaux pour l’extension du pôle restauration scolaire, Mme Periot indiquait avoir eu « des échos de travaux sur d’autres communes qui étaient bien moins chers (…) ».

Il n’en fallait pas plus pour faire réagir le maire de Sorède… Illico, Yves Porteix, dans son intervention, attirait l’attention sur les propos qu’aurait tenu son opposante à un agent de la commune, propos qui laissaient entendre qu’il pourrait y avoir des dessous de table… « Je vais être direct avec vous, lançait-il alors à Mme Periot. Je trouve que le climat de suspicion dans lequel vous prenez visiblement un grand plaisir à vous gargariser est indigne de la fonction d’élue. C’est presque une défiance paranoïaque, vous tentez de me salir moi-même et l’équipe municipale que les Sorédiens et Sorédiennes ont élus. Ne vous en déplaise ce n’est pas vous que les Sorédiens ont choisi et c’est ainsi, que vous le vouliez ou non ! Le temps d’autres échéances électorales viendra. Je suis très respectueux de mes opposants et attaché au débat républicain mais vous risquez de franchir la ligne rouge. C’est du pur délire, mesurez vos propos, ça s’apparente à de la diffamation. Sachez, Madame, que je tiens à votre disposition toutes factures concernant ma personne et celle de la commune, car voyez-vous, moi, je n’ai rien à cacher. Je m’arrêterai là. »

Ce n’est nullement dans les habitudes d’Yves Porteix de se laisser emporter par une émotion, de monter sur ses grands chevaux, de se mettre en colère de la sorte mais, visiblement, là, s’en était trop, pour le Premier magistrat la ligne Rouge venait d’être franchie, la coupe était (trop) pleine.

Cette parenthèse refermée, l’ordre du jour a pu être déroulé normalement et les interventions des un(e)s et des autres n’ont pas manqué d’enrichir les débats.

La réactualisation du plan de financement prévisionnel du projet de création de classes élémentaires et du pôle de restauration scolaire (point 22.44) a été validé. Le maire a présenté le plan de financement réactualisé avec les chiffres du marché. Seul l’agrandissement de l’école a été différé.

 

Parmi les autres points…

 

-Concernant la création et composition de la Commission Communale de sobriété et économies d’énergie, Yves Porteix a indiqué au Conseil Municipal que, pour donner suite à la dernière réunion, et après consultation des conseillers municipaux, un groupe de travail s’est réuni le 13 octobre 2022 pour réfléchir aux pistes d’actions visant à réduire les consommations d’eau, d’électricité et de carburant de la commune. Lors de cette réunion, il a été rendu compte de toutes les mesures déjà prises depuis 2013 en faveur des économies en matière d’éclairage public, de consommations électriques des bâtiments et d’eau.
Cela a permis à Frédérique Marescassier, adjointe déléguée au Développement Durable et à l’Agenda 21,  de revenir sur tout le travail fait depuis 2009 par les services et les conseillers municipaux : « Il y a eu un premier diagnostic énergétique sur les bâtiments dans le cadre de l’Agenda 21 dès 2010. A partir de 2012, la commune et la communauté de communes Albères-Côte Vermeille-Illibéris (CC-ACVI) ont travaillé sur le schéma d’éclairement. Puis Sorède a bénéficié de deux programmes FEDER, grâce notamment au travail réalisé par Pierre Solane lors du dernier mandat. Il s’agissait de changer toutes les boules des éclairages publics, puis de changer les lampes à vapeur de mercure : aujourd’hui 67% de notre parc éclairage public sont avec des LED. Nous constatons une baisse de la consommation électrique de l’éclairage public de 53% en 2022 par rapport à 2021. L’éclairage public ne représente plus que 46% de notre consommation totale alors qu’elle était de 60 % en 2017. Au total, notre consommation électrique devrait restée en de ça de ce qui a été budgété pour 2022. »
La prochaine réunion de ladite Commission aura lieu vraisemblablement début décembre.
Concernant la consommation d’eau, grâce à un suivi hebdomadaire, la commune bénéficie d’une baisse continue de 50% depuis 2015. Cela devrait s’accentuer du fait de l’arrêt de l’arrosage de l’ancien stade et de l’installation des cuves à récupération d’eau dans le nouveau stade.

Le groupe de travail a donné un avis favorable à l’extinction de l’éclairage public entre minuit et 5H

 

Par rapport à des communes qui n’ont jamais renouvelé leur parc d’éclairage public, la diminution de consommation sera moindre pour Sorède. Néanmoins, cela pourra répondre à des enjeux qui n’étaient pas mis en avant il y a quelques années, notamment la trame noire. L’extinction de l’éclairage public aura l’incidence positive sur la biodiversité et n’aura pas d’incidence sur la sécurité des usagers.
Une réunion publique est d’ailleurs programmée sur ce sujet, aujourd’hui jeudi 3 novembre à la Salle des fêtes, à 18H.

Yves Porteix a poursuivi en soulignant les pistes d’actions proposées par le groupe de travail : sensibilisation des lotissements privés, qu’il cite ; poursuite de l’isolation des bâtiments communaux, avec le SYDEEL dans le cadre d’un conseil en énergie partagé ; implantation des ombrières avec toiture photovoltaïque au parking de la route de Laroque-des-Albères, qui pose quelques questions techniques et comptables ; et sensibilisation des usagers et des services et de la population dans son ensemble.
Jean-Louis Mats, conseiller municipal d’opposition, a demandé « l’impact de cette décision sur les décorations pour Noël ». Réponse du Premier Magistrat : « Cela dépendra de la capacité technique de la CCACVI à éteindre d’ici la fin de l’année les éclairages. Il n’y aura pas de concours d’illumination cette année (…) ».

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, à l’unanimité :
– Approuve la création de la commission communale de sobriété et d’économies d’énergie dont l’objet est d’élaborer un plan local de sobriété et d’en évaluer les effets.
– Dit que cette commission ad hoc sera constituée pour la durée du mandat
– Dit que cette commission se compose comme suit : Yves Porteix, président de droit, Frédérique Marerscassier, présidente suppléante ; ainsi que Xavier Peneau, Jacques Juanola, Jean-Marc Ronflard, M. Dominique Taquet, Yvette Periot
– Approuve les pistes d’action telles que présentées.

 

A propos de la demande de prorogation du bail emphytéotique concernant l’EHPAD Les Valbères
Le maire précise au Conseil que « l’Association Joseph Sauvy projette de réaliser différents travaux à l’EHPAD Les Valbères de Sorède. Ces travaux sont rendus nécessaires, notamment pour assurer la mise aux normes globale du système de sécurité incendie, pour respecter les obligations règlementaires des dispositifs d’économie d’énergie, pour la mise en conformité des chambres et de leur salle d’eau, pour un projet d’équipement photovoltaïque. En complément l’association envisage la création d’un Pôle d’activités et de soins adaptés (PASA) et d’une unité d’hébergement renforcée (UHR). L’enveloppe budgétaire serait de quatre millions d’euros ».
L’association Joseph Sauvy avait demandé l’aide financière de la commune pour ces travaux. Le maire leur avait indiqué ne pas pouvoir y donner suite favorable, en raison des projets communaux importants.
L’association demande aujourd’hui à la commune, conformément au bail emphytéotique conclu entre elles, l’autorisation de principe pour la réalisation de ces travaux. Elle demande également un avenant visant à proroger le bail emphytéotique de vingt-cinq ans de manière à couvrir l’amortissement des investissements ainsi réalisés.
Aucune date de commencement des travaux n’a été précisée.
Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, à l’unanimité
Sous réserve de l’avis du service des Domaines
– Donne un accord de principe pour la réalisation de ces travaux
– Autorise la prorogation de la durée du bail emphytéotique de vingt-cinq années, fixant le terme du contrat au 30 avril 2059.
– Autorise M. le maire à signer tout acte nécessaire à ce dossier.
Questions diverses
Réponses aux questions posées par la liste d’opposition :
• Planning pour réviser le PLU ?
Le maire rappelle en effet qu’à l’occasion des réunions relatives à la 3AU, nous aurions dû faire une révision pour l’ouverture de la zone à urbaniser de plus de 9 ans, ce qui n’a pas été le cas. Néanmoins, il n’est pas exclu qu’une révision du PLU soit lancée, notamment pour travailler sur le stationnement, les mobilités actives, ou encore les espaces végétalisées. Ce n’est pas une priorité aujourd’hui.
• Problème d’un immense micocoulier rue des châtaigniers, dont les racines ont été coupées. M. le maire propose de le faire expertiser. D’une façon plus large, sur le domaine public communal le maire peut demander de couper un arbre pour des questions sanitaires ou de sécurité. Il arrive également que la police envoie des courriers demandant aux particuliers d’élaguer leurs arbres pour le passage de la fibre et de la télécommunication, et EDF.
Mme Marescassier se pose la question de l’état sanitaire d’arbres sur une propriété privée av de la Vallée Heureuse. Ce sont des arbres morts qui risquent de tomber sur la voie. Le maire indique que la police ira sur place.
• Qui paye le pot de l’amitié après le conseil municipal ?
Le Premier Magistrat indique que lorsqu’il s’agit de fêter un anniversaire, c’est celui qui le fête qui offre le pot de l’amitié à ses collègues.
Philippe Guimezanes, conseiller municipal d’opposition, demande l’installation de panneaux « attention aux vendanges » sur les gabarre. Yves Porteix répond que « les deux gabarres sont les deux voies communales de Sorède empruntées par les agriculteurs et qu’un panneau sera installé ». Il précise en outre que des travaux sont programmés, notamment en accord avec Laroque-des-Albères. Il y a d’autres priorités, rue de la Coscolleda, avenue de la Vallée Heureuse. Certaines rues pourront être réhabilitées en tricouche.

La séance est levée à 19H 25.