Récemment, le site Ouillade.eu a révélé une hécatombe spectaculaire dans la mortalité de colombidés, constatée sur les territoires des communes de Saint-André et de Sorède…

 

 

Dans un premier temps, la rédaction a été informée de l’existence d’un possible « empoisonneur » qui pourrait être le responsable du décès de plusieurs tourterelles de « type turque », notamment dans le village de Saint-André. Une habitante, préoccupée par l’ampleur de cet événement, a récupéré une tourterelle et s’est rendue dans les locaux de la Police municipale de Saint-André. Le brigadier-chef a établi un rapport d’information et bagué la tourterelle.
Grâce à l’excellente collaboration et entente entre les polices municipales de Saint-André et de Sorède, les habitants qui avaient constaté cette hécatombe et déclenché l’enquête ont pu être contactés et les lieux de mortalité des colombidés visités.

Dans un second temps, le vétérinaire auquel avait été confié un spécimen de tourterelle retrouvée morte dans le jardin particulier d’un habitant de Saint-André, pour être autopsié, n’a détecté dans les conclusions de ses analyses « aucun signe d’un probable empoissonnement ».

Dans un troisième temps, le cadavre d’une tourterelle congelé a été porté au Centre d’analyses spécialisé Pyrénées-Méditerranée, situé dans la zone perpignanaise Tecnosud.

Ledit Centre d’analyses ayant pour mission de procéder à une autopsie pour ensuite informer d’un possible empoisonnement de l’oiseau ou pas.

Le résultat de cette autopsie est tombé en début de semaine et dès hier, mardi 25 octobre 2022, les municipalités de Saint-André et Sorède en ont été destinataires : à ce stade, « rien ne peut dire qu’un empoisonnement a provoqué la mort de l’oiseau. Des graines ont été retrouvées dans le gésier et les intestins étaient de couleur rouge. La maladie de Newcastle ou autres, pourrait être l’origine de l’hécatombe (…) ».
Le Laboratoire de toxicologie de Lyon devrait être à son tour sollicité pour approfondir les examens réalisés jusqu’ici.
Si l’existence d’un virus qui serait à l’origine de cette hécatombe localement venait à être confirmée, les conséquences pourraient alors aller jusqu’à des recommandations drastiques dans les territoires concernés, comme de ne plus consommer d’œufs ou de volailles issus d’élevages particuliers, comme l’interdiction de la vente, afin naturellement de protéger la population.
Une de ces maladies est transmissible à l’homme et les symptômes sont : petite grippe et/ ou forme de conjonctivite.
Peut-être serait-il utile que les municipalités concernées  alertent dès à présent la communauté de communes Albères-Côte Vermeille-Illibéris (CC-ACVI), le Conseil Départemental66 et la préfecture des P-O ?…
De plus, il est à signaler un début d’épisode de grippe aviaire en Bretagne et… dans le Languedoc, notamment avec le recensement de morts anormales de goélands, mouettes et cormorans.
L.M. (avec JP-B)