37,50 % d’augmentation de la part intercommunale de la taxe foncière à Argelès… cela s’explique comment ? Des nouvelles embauches ? Car, il n’y pas eu de nouvelles compétences exercées
Cet habitant d’un lotissement dans un quartier d’Argelès-sur-Mer n’en revient toujours pas : sur sa taxe foncière, il relève une augmentation de près de 40% dans la colonne réservée à la part intercommunale. Inexplicable, à ce jour, abracadabrantesque…
Comment la gouvernance de la communauté de communes Albères-Côte Vermeille-Illibéris (CC-ACVI), présidée par Antoine Parra, déjà maire d’Argelès-sur-Mer, va-t-elle argumenter, justifier, expliquer pour le moins, ce coup de massue fiscal dans l’imposition locale ?
Cette hausse de l’impôt est d’autant plus incompréhensible que la commune d’Argelès-sur-Mer, chef-lieu de la CC-ACVI, elle, a très peu augmenté son assiette fiscale… Serait-ce l’arbre qui cache la forêt, comme on dit du côté du bois de la Sorède ? Langue au chat.
Rassurons celles et ceux qui – l’espoir fait vivre -, attendraient une communication officielle de la Ville d’Argelès-sur-Mer face à cet incompréhensible et spectaculaire augmentation communautaire : nous, à la rédaction d’Ouillade.eu, nous ne nous faisons plus trop d’illusion, tant s’agissant des problèmes sociétaux et environnementaux l’actuelle Municipalité argelésienne nous a habituée à appliquer la politique de l’autruche. Attention cependant, car nous sentons localement une certaine grogne monter, le mécontentement s’accentuer…
Il ne reste plus qu’à souhaiter qu’un vice-président de la CC-ACVI, parmi les treize maires de ladite communauté de communes autour d’Antoine Parra, se lève pour apporter une réponse à la légitime interrogation des contribuables sur le sujet (et sur tant d’autres). Mais, là aussi, de ce côté-là, faut pas rêver, nous sommes plutôt dans l’ambiance « Courage, fuyons ! ».
L.M.