“Les fêtes de Noël sur Argelès ? Surréalistes ! Pour preuves…”

Sous ce titre, Laurent Madern, chef de l’Opposition municipale, candidat d’une liste citoyenne et sans étiquette aux prochaines élections des 23 & 30 mars 2014 à Argelès-sur-Mer, communique :

“Le fameux samedi 21 décembre 2013, la Municipalité et l’incontournable Office Municipal d’Animation (OMA), ces deux ordonnateurs n’ont pas été en mesure de s’entendre et de gérer au mieux une problématique survenue concernant la descente du Père Noël depuis le sommet de l’église alors que des funérailles étaient programmées à la même heure cet après-midi là.

C’est ainsi que des badauds hilares ont côtoyé une famille endeuillée. Du jamais vu que ce simulacre festif incongru dont personne n’est sorti grandi. Totalement irrespectueux de la triste circonstance comme de la population qui s’est pour ainsi dire trouvée prise en étau entre un Père Noël dans son rôle et une procession funèbre. Impensable !

Qui du maire et sa légendaire désinvolture vis-à-vis de ses concitoyens ou de l’OMA et son amateurisme manifeste malgré la perception de juteuses subventions municipales (voir rapport public de la Cour des comptes régionale de Montpellier), est responsable de ce scandaleux ratage ?

Pour sa part, « Le Village de Noël » a neutralisé de nombreuses places de stationnement sur la place Gambetta, déjà insuffisantes en temps normal, au détriment des commerçants du centre-ville à une période cruciale pour leur chiffre d’affaire. Toute cette désorganisation pour seulement 2 journées d’animations insignifiantes du 21 au 23 décembre. Le 24 au matin tout avait disparu. Reste des commerçants fortement pénalisés dans leurs activités de fin d’année et une opération coûteuse pour le contribuable du fait que des agents municipaux déployés en nombre pour le montage, le démontage et le transport des quelques chalets, auraient pu être employés à meilleur escient sur des tâches plus profitables à la collectivité.

Quant à la messe de minuit, moment solennel très prisé des Argelésiens, elle fut perturbée par un énergumène issu de la « cour des miracles » sise sur le parvis du « Campana » (clocher) depuis de nombreux mois, au grand dam des riverains. Ainsi, en plein office, l’assistance a eu droit à un « spectacle » de mimiques grotesques dans les allées et devant l’autel de l’église, dans l’irrespect le plus total du lieu et de la population venue communier en cette nuit sainte. Un fidèle s’est même vu dans l’obligation d’intervenir auprès de ce triste individu afin de le raisonner et l’inviter à quitter l’église. Finalement, les Argelésiens et les riverains de l’édifice n’ont même pas eu droit à une trêve de Noël pacifique pourtant bien méritée…
 

Nous, résidants et citoyens d’Argelès, conscients de toute cette médiocrité que nous subissons au quotidien depuis de nombreuses années, sommes dans l’obligation de nous plier au bon vouloir de nos dirigeants locaux qui, au fil du temps, ont instauré un système pernicieux pour nos capacités à nous insurger.

« A force de tout voir, on finit par tout supporter… A force de tout supporter, on finit par tout tolérer… A force de tout tolérer, on finit par tout accepter… A force de tout accepter, on finit par tout approuver » (Saint-Augustin).

Malgré tout, je garde bon espoir pour Argelès et cela me conforte dans mon engagement depuis de nombreuses années en tant que chef de l’opposition, ce qui m’a permis de relever de nombreux disfonctionnements dans la gestion des affaires communales en partie décrits dans le dernier rapport de la Cour des comptes citée précédemment.

A l’aube de cette nouvelle année, je tiens donc à vous exprimer à cœur ouvert, mes vœux de revenir aux fondamentaux d’une démocratie debout, libérée des us et coutumes clientélistes aberrants qui ont présidé, depuis de nombreuses années et jusqu’à présent, au destin d’Argelès et de ses habitants en œuvrant sciemment au nivellement par le bas …

J’aspire au retour de la confiance, la solidarité, la convivialité et le bien vivre ensemble sous notre beau soleil catalan. Les énergies créatrices, les initiatives et les bonnes volontés s’en trouveront ainsi libérées et tendront à raviver notre tissu socio-économique actuellement moribond.

Je vous souhaite chaleureusement, à toutes et à tous, une bonne année 2014.  Tous mes vœux de santé, de réussite pour vous, pour vos enfants et un nouvel essor salutaire pour Argelès…”.