Lettre ouverte
Objet : créons ensemble des États Généraux de l’Economie Touristique pour renforcer l’identité originale des Pyrénées-Orientales.

Madame Carole DELGA, présidente de la Région Occitanie/ Pyrénées-Mediterranée,
Madame Hermeline MALHERBE, présidente du Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales,
Monsieur Pierre AYLAGAS, président de l’OTI Albères Côté Vermeille Illibéris,
Monsieur Philippe CHOPIN, préfet des Pyrénées-Orientales,

Rapidement nous pourrions améliorer nos bouquets touristiques pour doper notre attractivité.

Une nouvelle saison d’été s’achève et nous constatons que nombre de nos offres touristiques mériteraient des ajustements et des améliorations.
En comparaison de territoires qui sont dans de nouvelles exigences, de nouvelles offres, font rêver dans la réalité augmentée, ici, nous avons quelques records de friches, mais malheureusement pas seulement…
Si notre agriculture souffre, notre cuisine catalane aussi se retrouve dans la difficulté de produire 100% localement. N’est-il pas regrettable qu’il soit plus facile de trouver de la restauration asiatique, turque, grecque, américaine, italienne que typiquement catalane ?
C’est d’autant plus dommageable que notre gastronomie et notre art de vivre font partie des atouts qui font rêver nos visiteurs. Ne les abandonnons pas sur l’autel de la facilité !
Qu’à cela ne tienne, l’abandon de l’agriculture ne date pas d’hier.
Et les touristes peuvent devenir les vaches à lait de certaines municipalités, sachant qu’après avoir fait mourir de nombreux cœurs de villes, certaines villes optent pour les stationnements payants aux abords des plages plutôt que de proposer l’intermodalité et des stationnements extérieurs.
– Argelès-sur-Mer, cette année, a supprimé des stationnements au port et rendu son parking ombragé des platanes (poumon économique de la station) payant le matin à partir de 10h, alors que depuis 15 ans il n’était payant qu’à partir de 17-19h.
– Saint-Cyprien est passé au tout payant même dans le secteur caillouteux des plages du pont tournant, ainsi que dans des lieux très éloignés des plages surveillées.
– Canet-en-Roussillon, ne privilégie plus l’intermodalité, car depuis bien longtemps ils ont le même nombre de navettes… c’est-à-dire seulement deux navettes depuis l’apparition de Trainbus.

A tout cela se sont ajoutées des taxes élevées répercutées sur des consommations trop chères si nous les comparons à nos voisins de Catalogne Sud. Nous n’avons jamais vu autant de touristes passer de l’autre côté de la frontière !
Dans toutes les stations du littoral nous n’avons jamais constaté un tel écart entre la fréquentation et la consommation.
Tout est devenu trop cher, il est donc devenu urgent de nous réinventer !
Certains constats sont dramatiques, le manque de visibilité, le comportement du monde bancaire, l’isolement de certaines activités innovantes, de nombreuses interactions s’imposent. Ils apparaît donc urgence d’organiser des États Généraux de l’Economie Touristique, sous forme de plusieurs forums pour resserrer les liens entre les acteurs du tourisme, analyser les nouvelles attentes des touristes, faire émerger et financer des propositions nouvelles grâce à une Banque du Tourisme comme ont pu mettre en place les Basques en 2012.

Nous prenons du retard alors que nous constatons que le modèle économique du tourisme de masse se meurt, année après année. Nous avons de plus en plus souvent la démonstration que nos politiques, nos institutions, le monde bancaire n’accordent pas l’écoute suffisante à cette démarche. Il est fondamentale de développer des économies de niche, des bouquets touristiques, qui proposent du supplément d’âme ! C’est l’attente d’une grande partie des vacanciers aujourd’hui, en même temps qu’une nécessité pour faire monter en gamme nos offres.
Il est urgent d’inventer des propositions plus joyeuses, collaboratives et nouvelles, en rupture avec le modèle économique actuel !

Il n’y a que des États Généraux de l’Economie Touristique qui permettront rapidement d’envisager ensemble des travaux de veille (d’éveil), des actions correctives et des prospectives.
Avec un autre point dans notre ligne de mire : l’élaboration de notre SRDEII (Schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation).
Le Département des Pyrénées-Orientales a tous les atouts au sein de la Région pour lancer 15 grands chantiers sur ses principaux secteurs d’activités touristiques :
– Le tourisme de santé, le thermalisme, le thermoludisme, la thalassothérapie…
– Le nautisme, la plaisance, les sites naturels, la pêche en mer, la plongée sous-marine, le snorkeling, les activités balnéaires…
– Les activités de pleine nature, la chasse, la pêche en rivière en lacs, les randonnées, les spots en eaux vives, le kayak, le paddle, le cyclotourisme, le ski, les gîtes d’étapes, gîtes de France et de montagne
– L’agro, l’œno, l’agritourisme..,
– Le tourisme culturel, de mémoire, religieux, militaire, musées, monuments historiques…
– Le tourisme golfique, équestre, natation, escrime, tous les sports de haut niveau pratiquaient dans notre beau Département et bien entendu le rugby (le président des Dragons Catalans,Bernard GUASCH, entouré de ses 5 000 supporters dans la ferveur catalane de Wembley, a appelé de ses vœux l’urgence d’Etat Généraux d’un rugby à 13 respectable et reconnu).
Le tourisme thématique, le transport (Train jaune, Trainbus, SNCF, aéroport, aviation de loisirs, autocaristes…) les agences réceptives, circuits de visites…
– Le tourisme de sports d’hiver, sports de montagne, préparation à l’olympisme…
– Le tourisme pédagogique, les parcs à thème, les parcs nature, loisirs…
– Le tourisme géologique, mégalithique, les grottes, l’exploration, les fouilles et la géologie…
– L’e-tourisme, les moyens de communication free-lance, les blogueurs, les incubateurs, conciergeries, market place, startup, nouvelles prestations, les sources d’incubation…
– Le tourisme écologique, insolite, les chantiers et habitats participatifs, les solutions alternatives aux plateformes…
– L’attractivité du littoral, les clubs de plage et notre SMS “Soleil, Mer, Sable”…
– L’hébergement touristique, hôtellerie de plein air, restauration, lieux festifs… ;
– Le tourisme de festival, de congrès, d’affaires, spirituel et les nouvelles tendances…
Ce ne sont pas les chantiers qui manquent !
Et nul doute que les idées fuseront pour que le Département des P-O plante les graines de nouveaux bouquets touristiques qui feront l’originalité de notre territoire.

Nous mettre sur le gril lors d’Etats Généraux, enrichira les relations entre professionnels du secteur, chambres consulaires, élus, et tous les acteurs concernés par l’évolution touristique de notre Département.

Certes nous avons de nombreux sommets à plus de 2 000 mètres, la mer, un littoral attractif, un patrimoine culturel, une nature, une hydrologie et une géologie diversifiée, il ne nous manque que de nouvelles offres touristiques en prise avec ce que souhaitent de plus en plus de vacanciers d’aujourd’hui et qui séduiront les touristes de demain.

Et que veulent-ils donc, ces voyageurs ? «Des moments de détente, un apaisement, réduire la vitesse dans une vie stressante qui va trop vite».
Le temps est venu de mieux qualifier nos offres, de définir un idéal Catalan en rapport avec un autre rythme, une autre façon d’aborder le contenu de vacances gastronomiques, culturelles et expérientielles.
Le tourisme change, la multiplication des « Master Plans » ne suffiront plus, il faudra des projets hautement fédérateurs, un monde bancaire et des partenaires institutionnels capables de co-construits avec et pour les écosystèmes dans une démarche innovante qualitative.

Les touriste ont des goûts simples, ils se contentent du meilleur !

A nous de le faire émerger, ensemble, lors d’Etats Généraux de notre Economie Touristique !

Dans l’espoir d’attirer votre coopération, je prie de croire Madame, Messieurs en l’expression de mes salutations respectueuses.

Hubert LEVAUFRE
Parc Pédagogique
« La FERME de DÉCOUVERTE »
Représentant sociaux-professionnels
OTI Albères, Côte Vermeille, Illibéris.

 

NDLR. En 2017, Hubert LEVAUFRE et vingt-huit partenaires ont diffusé à 100 000 exemplaires le projet « loisirs et nature en Pyrénées-Méditerranée», en 2018 expériences insolites et actuellement en préparations de Slow Tourisme. Il agit sans partenariat bancaire, lâché de toutes parts, car sa vision entrepreneuriale dérange l’entre soi auquel c’est habitué notre beau Département !…
Si vous souhaitez le soutenir: hubert.levaufre@orange.fr