Perpignan « ville archipel », s’émiette et s’enfonce, il faut un projet de ville au service d’un projet de vie.

Sous ce titre, le député-candidat Jacques Cresta (PS) communique :

“Résultats de vingt ans de politique urbaine à Perpignan : fractures territoriales, ruptures sociales, émergence des ghettos, étalement urbain, multiplication des zones commerciales en périphérie, paupérisation des quartiers et du centre-ville, absence de politique foncière. On fait et on défait sans concertation avec le risque d’une perte de valeur de votre patrimoine.

Je veux remettre Perpignan en mouvement, donner de la cohérence avec un projet durable pour tous les habitants, toutes les générations et tous les quartiers.

Je mobiliserai tous les acteurs, publics, privés et citoyens avec pour maître mot la concertation pour construire une ville accueillante, dynamique, rayonnante et fraternelle entre « Mer et Montagne ».

Avec mon équipe, je prendrai des mesures concrètes:

  • mise en cohérence des moyens humains et de l’ensemble des documents d’urbanisme, avec des règles claires et compréhensibles par tous,
  • requalification du bâti de notre centre historique en collaboration avec les acteurs économiques et la promotion du savoir-faire local
  • arrêt de l’étalement urbain et des zones commerciales pour retrouver une vision globale, stratégique et pérenne.
  • maîtrise foncière pour relancer la politique du logement sur l’ensemble des quartiers,
  • implantation des services de proximité et des pôles d’attractivité pour une relance local du pouvoir d’achat
  • mise en valeur de l’environnement par la reconquête du fleuve et un maillage communal des parcs, des espaces de loisirs et des places.

« Pour la cohérence d’un territoire contre l’incohérence d’un archipel, mon mot d’ordre c’est l’urbain au service de l’humain. »