Alternatiba66 communique

 

“De nombreux signaux d’alerte ont été lancés ces derniers mois pour placer la transition écologique et l’égalité sociale au cœur de la relance économique après la crise sanitaire. Le Haut Conseil pour le Climat a également publié le 21 avril un rapport spécial interpellant les pouvoirs publics en ce sens.

Par ailleurs, plusieurs indicateurs se sont améliorés avec les changements de comportements durant la période de confinement : l’Observatoire de la Qualité de l’Air ATMO a ainsi relevé dans les grandes villes des baisses conséquentes des pollutions dues au trafic routier. La perte de biodiversité et la destruction des écosystèmes ont ralenti. De même, l’indicateur « du jour de dépassement » a mis en évidence une pose momentanée dans l’épuisement des ressources de la planète. Cette année, la date estimée est le 22 Août. La publicité commerciale est le moteur de cette surconsommation et du déficit écologique qui en résulte.

Dans ce contexte, le président de l’agglomération de Perpignan Méditerranée Métropole vient d’annoncer un plan de relance de l’activité qui semble ignorer les constats et analyses tirées de cet épisode d’urgence sanitaire. Pourtant, il ne s’agit plus maintenant de faire comme avant, mais bien de bifurquer sur un autre chemin pour se prémunir autant que possible des crises à venir. D’autres crises se produiront. La relocalisation des activités, notamment des biens essentiels doit permettre d’instaurer une meilleure autonomie et de concrétiser enfin la transition écologique et sociale !

A Perpignan, contrairement à de nombreuses villes et agglomérations aucune mesure de rééquilibrage des flux au profit des circulations douces et du trafic de proximité, n’a été engagée pour préserver la qualité de l’air.
De plus, un plan triennal de soutien au BTP est annoncé, mais aucune disposition ne priorise à ce jour la rénovation des bâtiments, les passoires thermiques et leur équipement en EnR pour accroître l’autonomie énergétique du territoire et réduire l’impact climatique.
Ce plan contient un effort de solidarité à l’égard des agriculteurs locaux, mais mériterait d’être prolongé par un accompagnement à l’installation d’agriculteurs-trices bio dans une logique paysanne, afin d’assurer une large autonomie d’approvisionnement du territoire en toute circonstance.
L’agglomération et la commune auront une action déterminante pour notre avenir, notamment en supprimant la publicité dans l’espace public, en soutenant la structuration des filières de réparation pour allonger la durée de vie des produits, en accompagnant l’activité et l’installation des agriculteurs-trices bio dans une logique paysanne, en rééquilibrant l’usage de l’espace public au profit des circulations douces et du trafic de proximité, et en engageant un plan de rénovation des passoires thermiques et des bâtiments et leur équipement en EnR.

Les pistes d’action évoquées ici s’inscrivent pleinement en cohérence avec le Pacte pour la Transition promu lors de la campagne de premier tour des municipales par le Collectif Pacte pour la Transition 66. Nous appelons les candidats concourant pour le deuxième tour des municipales à s’engager ou à renforcer encore leur engagements pour la mise en œuvre d’un pacte pour la transition ambitieux, qui permettra au territoire et à ses habitants de mieux résister aux crises à venir”.