La semaine dernière en mairie de Saint-André a eu lieu comme à son habitude une réunion du comité syndical du « SCoT schéma de cohérence territorial littoral » sud, présidé par Antoine Parra, maire d’Argelès-sur-Mer, président de la Communauté de Communes Albères – Côte Vermeille – Illibéris (CC-ACVI), décrié par nombre d’associations de défense de l’environnement pour sa bétonisation dans sa ville

 

Depuis plusieurs mois les associations environnementales dénoncent les dépassements et le manque de maitrise sur l’artificialisation des sols du SCoT plaine du Roussillon, et nous aurions pu penser que celui dit du Littoral Sud était vertueux quant à lui…

Nous pouvions penser que nos chers élus des vingt-cinq communes concernées auraient essayé de bien appliquer la loi climat et résilience…

Que nenni ! Dans article du 15 janvier sur le journal L’Indépendant, l’estimation de dépassement de 200% sur le littoral sud, a attiré l’attention de notre rédaction, d’autant plus que cet article mettait en avant que le président du SCoT, Antoine Parra, ne répondait pas aux sollicitations de l’association écologiste FRENE 66.

Et voilà, alors qu’une trentaine de membres étaient présents ce jour – élus, administratifs des communes et communautés de communes, l’AURCA, le SIGA -, ce qui était pressenti fut confirmé.

Alors que nos élus savent depuis des mois et des mois, voire des années, qu’ils doivent réduire par deux les espaces consommés pour les dix ans à venir, notamment en prenant comme période de référence, les espaces consommés entre 2011 et 2021, soit 306.7 ha consommés, https://mondiagnosticartificialisation.beta.gouv.fr/project/38434/

Le recensement des permis de construire signés, des projets portés à grands coups de communication, des projets dans les tuyaux depuis 2021, explose les compteurs.

Les chiffres sont tombés et nous voulions être au plus proche de la réalité, sans populisme et avec prudence : ces derniers resteront à affiner. Le territoire aurait dû se répartir 153,3 ha avec quelques arbitrages plus exactement d’ici 2031 !

Les dépassements sont d’ores et déjà plus que conséquents, surtout que l’effort, consenti par la loi, qui est de 50%, pourrait se voir porté à 55 % (circulaire disponible en ligne annonce un minima de 54, 5%), sur notre région par décision du SRADDET**, voir plus, pire, selon la prise en compte au niveau national, ou pas, de projets dit d’envergure nationale ou européenne.

Pour le Vallespir, terre d’affichage du PAEN de Céret, et des M3 de béton du pont du tandem Coste*** & Garrabé****, on parle d’un dépassement du double, soit 50% du droit à consommer en plus et à minima ! Excusez du peu !

Pour le secteur de la Communauté des Communes Albères – Côte Vermeille Illibéris, nous aurions un dépassement de 32 %, tout en intégrant que la côte vermeille est sous cloche règlementaire, donc très limitée en termes de consommation d’espace… Cherchez où trouve-t-on les projets et surfaces consommés ?

Par ailleurs, est-ce que cela surprendra si nous confirmons que les projets des communes d’Argelès-sur-Mer et du Boulou – dont les deux maires Antoine Parra et Francois Comes ne cessent de mettre en avant leurs « soi-disant réseaux » -, n’ont pas été retenus par Carole Delga***** et le SRADDET dans le cadre des projets d’envergure nationale et européenne.

Nous ne savons si certains sont sortis groggys de cette réunion, mais nous pouvons penser que beaucoup des acteurs présents ont dû aller voir si leurs projets étaient comptabilisés.

Et vous ne serez pas surpris d’apprendre que l’orientation des débats, un peu gênée, prise par  certains élus, a été de se victimiser « bien sûr nous n’y sommes pour rien, tout est la faute à la loi »

A suivre.

 

*SCoT = Schéma de Cohérence Territoriale.

**SRADDET = Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires.

***Michel Coste, maire de Céret.

****Robert Garrabé, maire de Saint-Jean-Pla-de-Corts, vice-président du Conseil Départemental66.

*****Carole Delga, présidente de la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée.