Premier ministre français (2014 – 2016), sous la présidence socialiste de François Hollande, ancien ministre de l’Intérieur (2012 – 2014), député de la 1re circonscription de l’Essonne (2002 – 2012 et 2017 – 2018), l’ex-maire d’Evry (2001 – 2012), qui a également été conseiller municipal de Barcelone (Espagne) de juin 2019 à août 2021, nous a accordé une interview exclusive dans le cadre de sa campagne électorale, en tant que candidat “macroniste” – Renaissance, ex-LaREM – aux Législatives des 12 & 19 juin prochains dans la 5e circonscription des Français de l’étranger

Une circonscription qui couvre l’ensemble de la Péninsule ibérique (Espagne & Portugal), principautés d’Andorre et de Monaco comprises, et qui compte quelque 105 000 électeurs. Cette semaine, un véritable marathon électoral a conduit Manuel Valls, 59 ans, natif de Barcelone, à Madrid, Barcelone, Alicante, Valence et Andorre-la-Vieille, où à chaque fois il a rencontré la communauté francophone, chefs d’entreprise, salariés et décideurs dans divers secteurs, étudiants… bref, la grande famille des expatriés !

Entre réunions avec des militants-sympathisants et rencontres sur le terrain pour évoquer l’avenir de la France, Manuel Valls a accepté de répondre aux questions de La Rédaction de ouillade.eu 

 

Manuel Valls.

 

-ouillade.eu : pourquoi avoir choisi la 5e circonscription des Français de l’étranger pour mener le combat politique des prochaines élections législatives ?

-Manuel Valls : “Parce que elle me ressemble ! Je suis né à Barcelone, je vis aujourd’hui entre l’Espagne et la France, je suis marié à une catalane qui a ses centres d’intérêt économiques et sa famille en Espagne, j’ai été même élu à Barcelone . J’ai une double culture et je parle les langues de cette terre. Je connais mieux que quiconque les autorités nationales et locales des pays de la circonscription. Je veux porter la voix des français qui y vivent au cœur de l’hémicycle pendant cinq ans. Elle correspond pleinement à l’Européen que je suis qui n’oublie jamais ce qu’il doit à la France”.

-ouillade.eu : vous attendiez-vous à ce que votre candidature provoque des remous, notamment en Espagne où l’actuel occupant du siège, Stéphane Vojetta, issu de LaREM, a décidé de se maintenir quoi qu’il en coûte ? Il a tenu des propos plutôt sévères à votre encontre.

-Manuel Valls : “Je ne participe à aucune polémique. Samantha Cazebonne était députée de cette circonscription depuis 2017 jusqu’à l’automne 2021 et son élection au Sénat. Chacun reconnaît son travail et son implantation. Elle est totalement à mes cotés. Je suis le candidat de toute la majorité présidentielle et je rassemble largement. Partout, en Espagne, au Portugal, en Andorre, où j’étais jeudi, et à Monaco l’accueil est formidable et mon seul adversaire c’est l’extrême gauche”.

 

////////// “Le mélenchonisme, c’est le bruit et la fureur” //////////

 

-ouillade.eu : vous avez en effet déclaré “mon adversaire dans cette campagne c’est le mélenchonisme”. Quelle est selon vous la définition du “mélenchonisme” ?

-Manuel Valls : Le “mélenchonisme” c’est “le bruit et la fureur”, une agressivité permanente, un populisme de gauche qui s’inspire de celui qui a cours en Amérique latine. Il propose surtout une triple rupture : une rupture avec nos grandes alliances, l’Union Européenne, l’Allemagne et l’OTAN – en pleine guerre d’Ukraine! -, comme d’ailleurs Marine Le Pen, qui nous ferait sortir de l’ Histoire ; une rupture avec nos valeurs républicaines et laïques par sa complaisance avec le communautarisme, l’affaire du burkini à Grenoble l’atteste comme sa volonté d’abroger la loi de 2020 contre le séparatisme islamiste ; une rupture avec le sérieux économique car la mise en œuvre de son programme ruinerait notre pays et des millions de Français modestes. Je suis dans cette circonscription le seul en capacité de battre le candidat de ce courant politique si dangereux”.

-ouillade.eu : quelques jours après le référendum interdit de 2017 sur l’indépendance de la Catalogne, un émissaire du président russe Vladimir Poutine avait rencontré le séparatiste-nationaliste Carles Puigdemont pour, soi-disant, lui fournir 10 000 soldats et des milliards… Cette affaire ressurgit avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Etiez-vous au courant et qu’en pensez-vous, vous qui avez toujours dénoncé les manoeuvres des indépendantistes-catalanistes, à commencer pas le Va t’en guerre (aux yeux de certains de Catalans) Carles Puigdemont ?

-Manuel Valls : “Rien ne m’étonne de leur part. Leur objectif était la rupture avec l’Espagne par n’importe quel moyen séditieux. Et nous savons que Poutine est toujours disponible pour déstabiliser nos démocraties. Chacun peut donc mieux comprendre mon engagement contre l’indépendantisme qui n’est en rien un progressisme ou un combat pour la liberté. C’est un nationalisme étroit et dangereux. J’ai d’ailleurs du mal à comprendre une certaine complaisance à l’égard de Puigdemont et de ses amis chez certains élus d’Occitanie. L’Espagne est une grande démocratie, sa Constitution qui permet de larges autonomies, uniques en Europe, ne prévoit pas de référendum d’autodétermination et il n’y a pas de prisonniers politiques chez nos voisins… La rupture de l’Espagne provoquerait la rupture de l‘Europe. Je suis fier, par mon vote de regidor (conseiller municipal), d’avoir empêché en 2019 que ma ville natale, Barcelone, ne tombe dans les mains des séparatistes”.

 

////////// “Je serai utile aux élus des P-O ainsi qu’à la CCI’66 pour faire avancer les dossiers des deux côtés de la frontière” //////////

 

-ouillade.eu : élu député de la 5e circonscription des Français de l’étranger, qui englobe l’Espagne et le Portugal, quelle sera, par exemple, votre action en faveur de l’économie et de la politique des zones européennes transfrontalières, comme c’est le cas du positionnement géographique du département des P-O ?

-Manuel Valls : “L’espace méditerranéen, la relation humaine, économique et culturelle entre nos pays sont essentiels. Je veux m’impliquer notamment dans les questions stratégiques de transports (routes et TGV) et d’infrastructures énergétiques, la priorité vitale du moment. Je pense être utile aux élus de l’agglomération perpignanaise comme des Pyrénées-Orientales ainsi qu’à la Chambre de Commerce et d’industrie et aux entreprises locales pour faire avancer les dossiers des deux côtés de la frontière”.

-ouillade.eu : enfin, comment définiriez-vous vos rapports avec le Président de la République française, Emmanuel Macron ?

-Manuel Valls : “Excellents! Il connait mon engagement à ses côtés depuis 2017. C’est Emmanuel Macron qui m’a encouragé dans cette nouvelle étape de ma vie politique. Nous avons besoin tous d’être sur le pont ! Et j’apporte mon expérience, celle d’un ancien Premier ministre et d’un républicain de gauche. J’ai reçu son investiture et celle de toute la majorité présidentielle. C’est un honneur et un vrai signe d’intérêt à l’égard des Français qui vivent à l’étranger”.

 

Recueilli par L.M.