François Calvet (UMP), sénateur des P-O, maire de Le Soler.

François Calvet, sénateur des P-O, maire de Le Soler, vice-président de l’Agglo de Perpignan (PMCA) et président du Comité départemental de l’UMP’66, communique :

“LA LOI PEILLON FAIT RECULER DE VINGT ANS LA PRISE EN CHARGE DES ENFANTS AUTISTES   

 

Récemment, l’amendement 274 déposé par des députés de la majorité présidentielle a été adopté en première lecture à l’Assemblée nationale dans le cadre de la Loi Peillon sur la refondation de l’école.

 

Cet amendement est destiné à donner aux enseignants le pouvoir de solliciter la Maison des Personnes Handicapées (MDPH) afin de réévaluer l’aide humaine dont peuvent bénéficier certains enfants handicapés. Ce droit était, jusqu’à présent, réservé aux parents.

 

L’éducation nationale reprend donc clairement « la main » pour pouvoir, à tout moment, intervenir et faire revoir l’orientation ou les modalités d’accueil des enfants handicapés.

 

Cette décision remet donc en cause ce principe qui prévoit que  l’école de la République est le lieu premier où doit s’exercer la pleine citoyenneté des enfants en situation de handicap.

 

Cet amendement représente un grave recul par rapport à  la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées  mais également à l’ensemble des mesures prises par les précédents gouvernements.

 

Jusque-là une certaine continuité politique dans le souci de préserver l’inclusion et la citoyenneté des personnes en situation de handicap existait.

 

Cette mesure ne peut me laisser indifférent au regard de la politique mené depuis de nombreuses années  en faveur des  enfants en situation de handicap dans ma commune du Soler où j’ai œuvré à l’installation de l’Institut Médico Educatif (IME) qui accueille 70 jeunes et qui est parfaitement intégré dans les différentes activités scolaires et extra-scolaires”.