“Bien sûr comme c’est la tradition je commencerai, pour 2015, par présenter mes vœux de santé, de bonheur, de prospérité à l’ensemble des habitantes et des habitants de notre département. 2014 fut une année difficile à bien des égards : la crise se poursuit, le chômage augmente avec la précarité et pauvreté. Les reculs sociaux sont nombreux et les décisions gouvernementales alignées sur les recommandations de la commission Européenne, des marchés financiers et du MEDEF ont aggravé le mécontentement et la déception. Ce n’est pas cette politique à laquelle les français aspirent. D’ailleurs elle ne fait que renforcer l’UMP et le FN, dont les « remèdes » seraient pires que ceux qui s’appliquent aujourd’hui. Pourtant en 2015 l’heure n’est pas à la résignation, au contraire tous les espoirs d’un changement sont encore permis, les luttes, les résistances, sont en mesure de réveiller la gauche que nous avons élue en 2012, qui, si elle le voulait, disposerait d’une majorité au parlement pour mener une autre politique conforme aux intérêts du plus grand nombre. En Europe et dans le monde aussi des signes d’espérance se font jour. Des merveilleux combattants de Kobané dans le Kurdistan  Syrien, aux victoires d’une autre gauche en Amérique Latine, en passant par les intentions de vote en faveur de Syriza en Grèce, les raisons d’espérer ne manquent pas. En 2015 auront lieu également des élections départementales (ex cantonales) en mars et des régionales en décembre. Je souhaite à nos concitoyens de trouver la force, le courage et la lucidité de ne pas laisser le département et la région tomber entre les mains de la droite et de l’extrême droite, qui ne feraient que durcir les politiques d’austérité, de reculs sociaux, de complaisance avec la finance et le grand patronat. Oui je leur souhaite de faire en sorte que notre conseil général continue de mener des politiques encore plus à gauche et cela ne sera possible qu’avec  un nombre plus important d’élus communistes/Front de Gauche en mars prochain au conseil général”.