Bérangère Givanovitch, animatrice fédérale du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) des Pyrénées-Orientales, communique :

“Le soir du vote de la loi pour le mariage pour tous, à Perpignan, le mur de la fédération du Parti Socialiste des Pyrénées-Orientales a été tagué de propos homophobes, dégradants et inacceptables. Ces violences faites ne doivent pas être prises à la légère, ni oubliées. C’est la preuve que partout en France, et même près de chez vous, certains d’entre nous sont prêts à commettre de graves délits pour exprimer de façon toujours très courageuse leur violence. Il y a un peu plus de 50 ans, on dégradait les façades de commerces, maisons, lieux de confession juives, on pourchassait les francs-maçons, on condamnait la différence. Aujourd’hui on frappe, on poursuit, on condamne, on dénonce la différence. Les actes commis à Perpignan doivent nous interpeller sur la manière dont nous voulons que notre société évolue. Il faut aller dans le bon sens, l’évolution est un processus de progrès, l’égalité est un progrès. Condamner la différence c’est refuser l’égalité. Cet acte doit nous pousser à continuer à combattre et à continuer notre travail, il faut avancer pour que nous nous sentions tous, quelque soit notre orientation sexuelle, en sécurité”.