Relevé sur le blog officiel de Jean-Marc PUJOL, maire Les Républicains de Perpignan, président de la Communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole (PMM)…

 

“Armement de la Police Municipale : le décret est paru !

Au début de ce mois de novembre 2016, lorsque j’ai annoncé en conseil municipal que la Ville allait acheter 144 armes automatiques (9mm) pour équiper la Police Municipale, élus de l’Opposition et certains médias s’en sont offusqués et ont dénoncé « un coup de com’ », « un coup d’épée dans l’eau », « un coup de force », d’autres raillant la mesure en s’indignant ainsi : « Attention aux bavures ! »…

Aujourd’hui, mardi 29 novembre 2016, je suis très heureux d’apprendre que le ministre de l’Intérieur, M. Bernard Cazeneuve, dans un décret paru au Journal Officiel (JO), relatif aux conventions locales de sûreté des transports collectifs et aux conditions d’armement des agents de police municipale, entérine de fait la délibération prise par le Conseil municipal de la Ville de Perpignan que je préside.

Dans le contexte qui nous entoure, qu’il s’agisse de la menace d’actes terroristes, de la propagation d’une certaine délinquance « armée jusqu’aux dents », de trafics en tous genres, sans oublier la grogne généralisée et légitime des forces de Police, il fallait prendre une telle décision, le Gouvernement se devait d’apporter cette réponse. Et si la Ville de Perpignan a été innovante dans ce domaine, si nous avons été précurseurs, c’est tant mieux ainsi !

En équipant nos agents de la Police Municipale avec un matériel moderne, plus adapté en tout cas aux nouvelles situations, en les dotant de pistolets semi-automatiques plus rapides et plus efficaces (les mêmes que ceux utilisés par la Police Nationale), j’ai voulu rassurer les habitants de la Métropole. Il s’agit tout simplement de tout mettre en œuvre pour la tranquillité des Perpignanaises et des Perpignanais. Cet investissement vient compléter tous les dispositifs déjà existants : l’îlotage, l’installation de caméras de vidéo-protection, le recrutement de policiers, la mise en place de brigades d’intervention rapide, etc.-etc.”