Ce mardi 28 mars 2023, la Préfecture des Pyrénées-Orientales a réalisé à l’aéroport Perpignan-Rivesaltes, un exercice Ebola.

 

 

Le scénario de l’exercice était élaboré et réalisé par la Préfecture (SIDPC) en liaison avec la direction départementale de l’ARS (l’Agence Régionale de Santé)

 

 

Aux côtés des services de la préfecture, étaient présents les agents et référents sanitaires (SAMU, SMUR66, DD-ARS) ainsi que des représentants du SDIS, de la Brigade de gendarmerie des transports aériens, du groupement de gendarmerie des Pyrénées-Orientales, de la DDSP et de divers acteurs de l’aéroport, dont les pompiers.

Les passagers, le personnel de bord de l’avion ainsi que les familles ont été joués par trente-trois élèves infirmiers.

Une vingtaine d’agents a été mobilisée sur cet exercice qui avait pour objectifs de :

• tester l’organisation et la mise en œuvre des mesures de gestion adaptées à une alerte sanitaire déclarée à bord d’un aéronef.

• tester le Plan d’Intervention pour les Urgences de Sécurité Publique (PIUSP) de l’aéroport de Perpignan-Rivesaltes.

Ainsi, l’exercice a permis au personnel d’observer les procédures techniques de prise en charge de cas suspects (trois passagers malades en provenance d’une zone à risque et vingt passagers asymptomatiques) par l’équipe spécialisée du SMUR 66.

L’exercice s’est inscrit dans une démarche d’amélioration continue des procédures mises en place et poursuivait également d’autres objectifs comme :

• s’assurer du bon déroulement de la procédure d’alerte,

• de mettre en œuvre les procédures d’évacuation des malades et de prise en charge des autres passagers ainsi que la gestion des familles et des voyageurs en partance présents dans l’aérogare,

• de tester la mise en place du poste médical avancé et du poste de commandement opérationnel à l’aéroport,
• et de répondre à la pression médiatique.

Afin de « jouer » dans des conditions réalistes, le scénario de l’exercice n’avait pas été communiqué en amont aux services.

Le scénario :

Le commandant de bord d’un A 320 en provenance d’Afrique (ligne régulière) signale à la tour de contrôle la présence de trois passagers malades, la tour de contrôle met en relation le commandant de bord avec le SAMU 66.

Compte tenu de la description des symptômes (fièvre, vomissements, éruptions cutanées, diarrhées, hémorragies externes) et de la provenance de l’avion, il est suspecté une infection par le virus Ebola et l’aéronef est isolé au nord de l’aéroport.

La prise en charge des passagers malades et des autres passagers avec mise en place d’une zone de tri et d’un poste de commandement opérationnel (PCO),débute rapidement.

Les familles des passagers ainsi que des voyageurs en partance sont présents dans l’aérogare.

Le débriefing réalisé en fin d’exercice a conclu à un bilan satisfaisant. Cette simulation a permis de démontrer la bonne collaboration des services dans le partage des informations ainsi que la réactivité des équipes opérationnelles.

Cet exercice, le premier à être réalisé dans les Pyrénées-Orientales, répond aux instructions de la Direction Générale de la Santé.

 

Rappel concernant le virus Ebola

Les symptômes et le mode de transmission…

La maladie se manifeste par l’apparition brutale d’une fièvre supérieure à 38° C, une faiblesse intense,
des maux de tête, une irritation de la gorge et des douleurs musculaires. Ces symptômes sont suivis de
diarrhées, vomissements éruptions cutanées et dans certains cas d’hémorragies.

Il n’ y a pas de transmissions lors de la période d’incubation (de deux à vingt-et-un jours).

Contrairement à la grippe ou au COVID-19, le virus Ebola n’est pas transmissible par voie respiratoire. Il
se transmet par contact direct avec les liquides corporels (sang, selles, vomissures …) des personnes et
animaux malades ou morts.

Conduite à tenir…

Pour les passagers asymptomatiques et cas contact, un isolement de vingt-et-un jours est obligatoire : durant cette période, une surveillance quotidienne de la température est requise.

En cas de fièvre supérieure ou égale à 38° C il convient d’appeler immédiatement le 15 en expliquant la situation et de ne pas se rendre chez le médecin ni aux Urgences. Le dispositif de prise en charge d’un cas suspect de virus Ebola sera activé par le médecin régulateur du 15.

 

Pour les passagers avec symptômes…

Une équipe du SAMU 66 composée d’un médecin et d’un infirmier sont dotés de l’équipement de protection pour assurer la prise en charge médicale et organiser le transfert du patient vers l’établissement de Santé de Référence (ESR) à l’Hôpital de Purpan à Toulouse.

Dépister, protéger, prendre en charge…

En France, les autorités sanitaires ont mis en place des mesures de prévention et un dispositif de prise en charge spécifique pour l’ensemble des professionnels et des lieux accueillant des personnes potentiellement infectées au virus Ebola. Après évaluation, la prise en charge des cas possibles relève de la responsabilité du SAMU 66 jusqu’au transfert dans l’ établissement de Santé de Référence situé à Purpan (Toulouse) pour la région Occitanie.