C’est à la suite d’une partie de pétanque, à la fin de la 3e mi-temps, que le pari était engagé. Une rencontre de foot aurait bien lieu, opposant les jeunes et les plus âgés. L’enjeu était de taille : le droit de recommencer

 

 

Le coup d’envoi est donné

Ainsi, en ce mercredi, sur les coups de 20H, au stade Avéros, le sifflet de l’arbitre Richard Arpin, devait donner le départ de cette rencontre.

Pour les jeunes, c’est Alan Dumont qui devait être le capitaine. Suppléé par son frère Matis, l’espoir de la réussite était envisageable. Dans l’équipe adversaire, officiait Laurent, le père Dumont. Les oreilles risquaient d’être tirées, si les comportements n’étaient pas à la hauteur des enjeux.

Loic Torrès, bien connu pour son intrépidité sur les terrains de rugby, devait faire office de capitaine dans les rangs des anciens.

Le match devait se décomposer en trois mi-temps d’un quart d’heure chacune. De l’avis d’un ancien : « Nous leur accorderons une 4e mi-temps s’ils ne sont pas trop fatigués (les jeunes) ».

Il est à noter que pendant les pauses, les torchons ne se sont pas mélangés avec les serviettes.
Le sore final n’a pas été divulgué pour une bonne raison. Il est celui de l’amitié, de la convivialité, des rencontres ô combien bénéfiques entre les générations.

L’expérience sera renouvelée prochainement avec cette fois une récompense à la clé. Devinez laquelle ?

Une grillade, bien évidemment ! La date de la prochaine rencontre ou vous êtes tous conviés, reste à être déterminée. D’ores et déjà, vous êtes toutes et tous conviés.

Une soirée bien agréable, ou notre cœur de villageois s’est trouvé réconforté dans ces comportements qui construisent l’unité dans un village, l’amour pour cette vie simple mais combien précieuse. Et finalement, comportements qui devraient être ceux pour construire la société.
Expériences à renouveler, à démultiplier, qui méritent d’être soutenues et aidées.

Joseph Jourda