Sous l’impulsion du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, un escadron de gendarmerie mobile est déployé à Perpignan depuis le jeudi 1er septembre jusqu’en décembre

Rodrigue Furcy, préfet des Pyrénées-Orientales, en lien avec le Procureur de la République, leur a fixé les objectifs suivants :
• lutter contre le trafic de stupéfiants et démanteler les points de deal ;
• faire baisser la délinquance de voie publique par une présence forte dans les rues de Perpignan.

Ces renforts, installés « à demeure » à Perpignan jusqu’à la fin de l’année 2022, feront l’objet de relèves toutes les cinq semaines.


Des actions conjointes PN/Gendarmerie/PM seront menées durant cette période.

 

Les modalités du plan d’action pour le renforcement de la sécurité du quotidien
En complément de ces renforts, un plan d’action global est établi en concertation avec le Procureur de la République et tous les acteurs engagés sur le terrain pour amplifier les efforts de ces renforts.
Ce plan d’action prévoit :

• la mise en place ou réactivation des groupes de partenariats opérationnels (GPO)* afin de dresser un diagnostic de sûreté sur le quartier, de décider d’une stratégie d’action pour apporter des solutions concrètes de prévention de la réimplantation des points de deal et d’amélioration du cadre de vie.
• un accroissement de la pression financière et administrative sur les trafiquants et leur entourage : actions des services de l’État concernés pour vérifier la situation administrative et mener les actions appropriées à l’encontre des trafiquants. (DDFIP, DDETS, DDPP, Douanes).

Une méthode partenariale mise en oeuvre pour assurer la conduite du PARSQ
• une gouvernance à trois niveaux :
• un comité de coordination opérationnelle de forces (CCOF) pour définir la stratégie opérationnelle d’intervention des forces de l’ordre.
• un comité d’accentuation de la pression (CAP) réunissant les services de l’État dans un cadre de confidentialité.
• les groupes de partenariats opérationnels (GPO) dédiés à chacun des quartiers ciblés.

 

 

Pour Rodrigue Furcy (photo ci-dessus), nouveau préfet des Pyrénées-Orientales : « La décision du ministre de l’Intérieur est massive et sans précédent. Elle va permettre un véritable impact sur les points de deal et les Perpignanais vont pouvoir constater la nette augmentation de la présence des forces de sécurité dans les rues. Cet effort qui sera garanti sur plusieurs semaines doit être mis à profit pour atteindre le cœur des réseaux de trafic de stupéfiants et pour améliorer dans la durée la situation. Nous travaillons main dans la main avec monsieur le Procureur de la République pour un maximum d’effets dans le quotidien des habitants. »

 

 

Pour Jean-David Cavaillé (photo ci-dessus), procureur de la République au tribunal judiciaire de Perpignan : « L’affectation d’un escadron de gendarmes mobiles à Perpignan marque l’attention portée par l’État à la sécurité de nos concitoyens. Avec Monsieur le Préfet, nous veillerons à coordonner leurs missions pour lutter contre les réseaux de trafic de stupéfiants mais aussi pour affirmer la justice de proximité, garante de la confiance des Perpignanais. »