(Communiqué)

 

Mise en place d’une zone réglementée suite à la confirmation d’un cas d’influenza aviaire hautement pathogène sur la commune de Sigean (département de l’Aude)
Préfecture, Perpignan.- Un cas d’influenza aviaire hautement pathogène a été confirmé le 07 novembre 2022 sur un cadavre d’oiseau trouvé mort au sein d’un parc animalier situé sur la commune de Sigean. Des mesures ont été prises dès la suspicion afin de maîtriser le risque au niveau de ce parc.
L’enquête épidémiologique fait apparaître une probable contamination par la faune sauvage.
Par conséquent, en application de la réglementation, une zone de contrôle temporaire (ZCT) de vingt kilomètres autour du cas comprenant quarante-cinq communes du département de l’Aude a été définie.

Les autorités nationales considèrent que l’étang de Leucate est une unité épidémiologique globale, avec des oiseaux qui circulent librement sur les berges et sur l’étang. Ainsi, des communes des Pyrénées-Orientales situées en dehors des 20km sont également prises en compte dans la ZCT. Il s’agit des quatre communes suivantes : Salses-le-Château, Saint-Hippolyte, Saint-Laurent-de-la-Salanque et Le Barcarès.

Des mesures particulières destinées à prévenir la diffusion de cette maladie aux oiseaux détenus à des fins commerciales ou non commerciales s’appliquent dans ces 4 communes de la ZCT et consistent principalement en :
1/ Le recensement des détenteurs d’oiseaux.
Pour les particuliers, une déclaration de détention d’oiseaux (basses-cours et autres oiseaux captifs élevés en extérieur) est obligatoire et à réaliser auprès de leur mairie ou sur le site http://mesdemarches.agriculture.gouv.fr/ (rubrique particulier – déclarer la détention de volailles).
Pour les professionnels, cette déclaration s’effectue auprès de la Direction départementale de la protection des populations (DDEPP des Pyrénées-Orientales).
2/ L’application stricte des mesures de biosécurité et la mise à l’abri de tous les oiseaux, qu’ils soient détenus par des particuliers ou des professionnels, dans des bâtiments fermés ou sous des filets. Les points d’abreuvement et d‘alimentation doivent être protégés vis-à-vis de la faune sauvage, afin d’éviter tout contact entre l’avifaune sauvage et les oiseaux domestiques (consulter la fiche d’information jointe pour les particuliers détenant des basses-cours).
Au sein des élevages, les déplacements de personnes, d’animaux domestiques et de véhicules doivent être limités autant que possible.
3/ Les sorties des oiseaux des exploitations sont autorisées sous réserve de la réalisation de dépistage (autocontrôles) favorables, quarante-huit heures ouvrées avant le mouvement et le respect des mesures de biosécurité durant le transport.
4/ La mise en place d’une surveillance renforcée dans les exploitations commerciales de plus de 250 anatidés, avec des dépistages hebdomadaires sur les oiseaux trouvés morts ainsi que sur l’environnement.
5/ L’activité cynégétique est enfin soumise à certaines restrictions notamment pour le transport et le lâcher de gibier à plumes dans la ZCT (autorisation préalable de la Direction départementale de la protection des populations), ainsi que sur les appelants (gibier d’eau).
Toutes ces mesures de surveillance et de restriction ont pour but de déceler le plus précocement possible le passage du virus de l’avifaune sauvage vers les élevages d’oiseaux domestiques.
> Retrouvez l’arrêté préfectoral : [lien vers le RAA]
Par ailleurs, la détection précoce des oiseaux sauvages trouvés morts doit être mise en place.
Il est primordial de signaler toute découverte de cadavres d’oiseaux sauvages dont l’origine de la mortalité est inconnue en contactant le réseau SAGIR par l’intermédiaire de l’Office français de la biodiversité (OFB) ou la Fédération départementale des chasseurs (FDC).
Afin d’éviter toute risque de propagation, il ne faut surtout pas manipuler les cadavres, en l’absence de consignes de l’OFB ou de la FDC.

Il est rappelé que la consommation de viande, d’œufs ou de produits dérivés ne présente aucun risque pour l’homme.
Le préfet des Pyrénées-Orientales appelle à la vigilance tous les acteurs, notamment les vétérinaires, les éleveurs, les chasseurs, les propriétaires particuliers de basses-cours et les autres détenteurs d’oiseaux captifs, pour tout mettre en œuvre afin de limiter la propagation de ce virus.

Situation sanitaire nationale :
L’influenza aviaire hautement pathogène de l’hiver 2021-2022 a continué de circuler cet été dans l’avifaune sauvage. Ces dernières semaines, la situation sanitaire s’est dégradée : le nombre de cas d’influenza aviaire en élevage et dans la faune sauvage est en forte augmentation en France métropolitaine. Cette situation inhabituelle, jamais rencontrée en France jusque-là, rend plus que jamais nécessaire de respecter les mesures de prévention en vigueur pour protéger les élevages de volailles.
Le 2 octobre 2022, période à risque du fait de la baisse des températures et du début des migrations d’oiseaux, le niveau de risque a été relevé de « négligeable » à « modéré » sur l’ensemble du territoire national.
À la date du 8 novembre 2022, 95 foyers en exploitations commerciales ou non commerciales d’oiseaux ont été confirmés depuis le 1er août 2022 en France. L’ensemble de la France métropolitaine est concernée par ces cas ainsi que par les évènements sanitaires en faune sauvage.
La situation sanitaire en France vis-à-vis de l’influenza aviaire hautement pathogène est actualisée régulièrement sur le site : https://agriculture.gouv.fr/influenza-aviaire-la-situation-en-france