Le Nouveau Front Populaire nous annonce que leur programme économique est financé. En réalité, ce programme est un catalogue de dépenses, sans cohérence ni vision.

À défaut de quantifier et de mesurer les incidences économiques de son application, ce programme économique est extraordinairement dangereux sur l’avenir des petites et moyennes entreprises, sur l’inflation et sur la croissance, de l’aveu même de Jean Tirole, Prix Nobel d’économie.

De plus, Sandrine Rousseau, réélue au premier tour des élections législatives, avait déclaré au cours du mois d’avril dernier que : « La France est un pays où il y a une épargne qui nous permettrait de reprendre très bien la main sur notre dette, quitte à contraindre les épargnants ».

En d’autres termes, l’argent qui figure sur les comptes de millions de Français pourrait être mobilisé au profit des effets désastreux de la mise en œuvre du programme du Nouveau Front Populaire.

Il s’agirait donc de siphonner l’épargne de millions de Français.

Dans le domaine financier, l’épargne n’est jamais disponible, puisqu’elle est destinée et utilisée pour être prêtée à des entreprises, des particuliers, des institutions. Seule une faible partie est disponible.

Fait aggravant, la dette publique de la France est très largement détenue par des fonds étrangers. Prélever l’épargne des Français pour la rembourser, consisterait à offrir cette épargne sans aucun bénéfice pour l’économie nationale.

Sans nul doute, il y a une face cachée dans le programme économique du Nouveau Front Populaire.

Henri Ramoneda