Il est des rencontres insoupçonnées et insoupçonnables que l’on fait au hasard d’une escapade, d’une randonnée, d’une visite culturelle, emmené par le souffle de l’aventure, légèrement en retrait de l’agitation estivale et populaire d’un littoral surpeuplé…

 

Rien de tel et de meilleur que de déguster sous la tonnelle un verre de Maury pour entamer une pause déjeuner prometteuse…

 

Au détour d’un village, d’un paysage naturel, en s’aventurant en « pays de montagne » dans cette somptueuse vallée de l’Agly – sur une route oubliée par l’itinéraire imposé d’un GPS qui ne sait que recenser les supermarchés et pas les églises millénaires -, inopinément, soudainement, presque brusquement, instantanément en tout cas, on découvre des coins, authentiques jardins extraordinaires, qui cultivent l’art du bien manger et du bien boire : ici, l’exemple à suivre et à savourer sans modération vient du Silex, un restaurant-caveau (formule unique en son genre), qui est en train de faire une belle carrière culinaire dans le massif des Corbières, sur un chaos calcaire dans une zone faunistique et floristique remarquable, en tous points de vue !

 

La thonine de Méditerranée avec son quinoa au curcuma, une virgule de houmous & un petit aïoli à l’harissa. Pur délice !

 

Les restaurateurs n’ont eu aucun mal pour baptiser leur établissement… à deux pas de La Caune de l’Arago, où ont été trouvés les vestiges humains les plus anciens de France, et qui ont donné naissance à un musée de la Préhistoire de renom : L’Homme de Tautavel. Plus près de nous, sur le calendrier, en juillet 2018, lors d’une fouille organisé comme chaque été sur ce site, une dent de lait (rien à voir avec l’appellation du cru « Maury » VDN) d’un enfant âgé de 5-6 ans, et vieille de 560 000 ans a été découverte…

Revenons à notre table « en » Silex. Une autre fabuleuse découverte. Dont l’heureux patron, Thierry Tarrius, peut être fier, tellement l’endroit est empreint d’une simplicité magique à tous les niveaux : accueil, décoration, mise en place, cuisine, cave à vin.

De l’extérieur, comme de l’intérieur, les lieux ne payent pas de mine, et pourtant en y entrant vous n’êtes pas au bout de la divine surprise. Même les commentaires sur les réseaux sociaux – où c’est bien connu on ne fait jamais l’unanimité -, n’y échappent pas, y vont de leur refrain : et ils vont pratiquement tous dans le même sens. Par exemple, sur le seul site TripAdvisor : 358 réactions, 171 pour décrire un restaurant « excellent », 102 pour le qualifier de « très bon »… soit encore près de 80% de clients estampillés largement satisfaits.

 

Llom de Finestret avec coleslaw au kéfir de brebis.

 

Se mettre à table au Silex, en famille ou en solitaire, entre amis ou en amoureux, c’est l’assurance de faire un voyage culinaire atypique, placé sous le signe de la rencontre et d’un partage avec un restaurateur et son équipe passionnés et passionnants jusque dans l’assiette.

Ici, pas de fantasia gastronomique, mais de bons petits plats à l’identité réelle, aux forts accents d’un terroir riche et varié, exposé au bon côté du climat méditerranéen, porté et supporté par un massif des Corbières assurant une heureuse transition gourmande et viti-vinicole entre l’Aude et les P-O.

Heureux Tautavellois, serait-on tenté d’asséner à la finale d’un repas pendant lequel on a participé à une tranche de (leur) vie typiquement roussillonnaise, et ce grâce à un circuit buissonnier en quête de pérégrinations (et de nouvelles sensations) au coeur d’un été caniculaire.

 

L.M.

 

L’intérieur du restaurant-caveau « El Silex » à Tautavel.