(Communiqué)

L’église du Rosaire

 

L’équipe municipale communique :

 

Convalescence et résilience : Amélie reprend le chemin de son avenir

 

« Le mois de mars est traditionnellement celui du budget, le moment où l’on peut réaliser un instantané de la situation de la commune, financière bien sûr mais aussi, physique

 

Nous avons trouvé une ville globalement négligée, qui a immédiatement exigé des opérations de nettoiement et de fleurissement. Une ville endormie, assommée par la pandémie à laquelle nous avons rendu un peu de vie cet été par des animations culturelles soutenues en centre- ville, à Palalda, à Can Day…
Mais nous avons également trouvé un état général dégradé des bâtiments communaux qui nous contraint à envisager d’urgence, une restauration / reconstruction du gymnase, une réfection partielle du pont du gymnase, une restauration structurelle de l’église de Palalda, la réparation de quatorze toitures et du parking Général de Gaulle (photo ci-dessous).

Le Parking Général de Gaulle

 

Rue des Thermes

La rue des Thermes, frappée de malfaçons fait l’objet d’un contentieux avec le maître d’oeuvre. Les équipements sont à l’avenant : parc municipal de véhicules obsolète, abris- bus en ruines, bouches à incendie dont 30% sont non opérationnelles, matériel des services techniques vétuste et hors d’âge à 50%.
Financièrement, la commune n’affiche pas de bilan catastrophique, au contraire. La dépense a été contenue sans pour autant générer les investissements pourtant indispensables qu’elle était sensée favoriser. De même, on peine à voir les réalisations liées à la dette, (même s’il faut attribuer à la malchance l’abandon du projet de pôle grimpe ou les échecs de négociations répétées de l’Hôpital militaire.)
La pandémie a coûté cher, mais elle aura permis de définir de nouvelles dynamiques et de montrer toute l’efficacité d’une solidarité locale bien comprise.
Jamais les conditions d’accompagnement des collectivités n’ont été aussi favorables qu’avec le plan de relance mis en place par le gouvernement.
Il y a tout lieu de penser que les conditions d’emprunt, particulièrement favorables du fait de ce plan de relance, sont à lire comme une éphémère fenêtre de tir.
Nous avons la possibilité, avérée par notre conseiller financier de toujours, de recourir à l’emprunt, sans augmenter l’impôt, ni cette année ni les suivantes, pour un montant total de deux millions d’euros, capables avec le jeu des subventions de nous en faire récupérer huit à dix.
Amélie-les-Bains jouit d’un sur-classement dû à sa qualité de station thermale. Ce statut privilégié induit des devoirs de notre part et des attentes de la part des curistes et touristes, mais aussi de nos socio-professionnels et de l’ensemble des citoyens.
Nous ne pouvons pratiquer la politique de l’autruche et la langue de bois et risquer un enlisement définitif de notre ville dans un déclassement sans fin de ses structures et de sa clientèle.
Outre un planning de réfection et réparation du patrimoine et une valorisation des espaces partagés, nous maintenons dans le cadre d’un plan d’investissement quinquennal contenu et planifié, l’ensemble des projets structurants indispensables au développement d’Amélie et à son changement d’image ».

 

La toiture du gymnase

 

Fontainev2