Hier soir, avant la tenue du conseil municipal, devant un journaliste qui lui tendait la perche, Charles Campigna, conseiller municipal d’Argelès-sur-Mer, élu dans l’Opposition – et fier de l’y être – n’a pas mâché ses mots envers l’équipe municipale de la Majorité aux commandes de la Ville, et plus particulièrement contre « son » maire, Antoine Parra : « Vous avez vous lu le dernier bulletin municipal Granotes, qui est devenu le journal de propagande d’un seul homme, Antoine Parra ? Avec un égo surdimensionné. Pas moins de quatorze photos. Oui, vous avez bien lu : 14 clichés sur sa personne ! Pire encore : les vœux du maire (à la page 18), avec deux photos où Antoine Parra pose comme pour un mariage… Précisons que ce n’est pas lui le marié du jour (sic) ».

 

Et Charles Campigna de poursuivre avec la même tonalité : « Hier j’ai reçu le journal de la Région ; trente pages et seulement deux photos de la présidente Carole Delga. Tout ce qu’a mentionné dans son courrier Andréa Diaz Gonzalez* est exact. Il se comporte comme un despote. La mairie a acheté des tablettes pour les élus, excepté pour ceux de l’Opposition. Nous n’avons donc pas accès à toutes les formes d’informations. Même dans les mairies gérées par le Rassemblement National, comme à Perpignan, où tous les élus peuvent disposer d’un ordinateur portable, Majorité et Opposition ».

 

 

Et pour conclure, provisoirement, toujours en ne faisant pas dans la dentelle, Charles Campigna très remonté hier soir d’enfoncer le clou : « J’ai honte !… car Antoine Parra n’est ni un homme de Gauche, comme il le prétend, ni un Démocrate ; sa gestion de la commune le prouve, hélas, trois fois hélas ».

 

*Lettre publiée hier dans nos colonnes.