La liste “Tous ensemble, une vraie gauche !”, a été validée lors du week end par le Bureau national du Parti de Gauche (PG).

La nouvelle est tombée hier soir, “notre liste pour Perpignan bénéficiera de tout le soutien des instances nationales du Parti de Gauche”, affirme Axel Belliard, qui nous communique avec prière d’insérer :

Axel Belliard.

 

Perpignan 2014 : la liste “Tous ensemble, une vraie gauche !” validée par le Bureau National !

La nouvelle est tombée hier en début de soirée : notre liste pour Perpignan bénéficiera de tout le soutien des instances nationales du Parti de Gauche !

Décliner L’Humain d’abord pour Perpignan, mettre la priorité sur les problèmes de précarité et de misère qui touchent dramatiquement la cité catalane frappée de plein fouet par la gestion clientéliste du maire UMP et par les effets désastreux des politiques d’austérité menées par les gouvernements Sarkozy et Hollande : Perpignan est l’une des villes françaises les plus en souffrance. 1 habitant sur 3 vit sous le seuil de pauvreté, 1 sur 2 n’a pas d’emploi stable (70% chez les jeunes), les services publics sont délégués à des entreprises privées et deviennent de ce fait inaccessibles aux plus démunis, le nombre de logements sociaux est beaucoup trop insuffisant : Perpignan n’est pas encore tout à fait la Grèce, mais s’en rapproche de jour en jour. Pour y remédier et inverser ces dramatiques tendances, la liste “Tous ensemble, une vraie gauche !” travaille sur un projet concret qui remettra les citoyennes et les citoyens au centre de la vie publique.


Non, Louis Aliot (FN), le problème n’est pas la “kebabisation” de la ville. Non, Louis Aliot, il n’y a pas de quartiers “infréquentables”. Les quartiers populaires (Cassanyes, le Vernet, Saint-Matthieu) ont juste besoin qu’on arrête de les laisser à l’abandon. Nous y serons, nous y sommes déjà ! Les habitants de ces quartiers ont une chaleur humaine que l’on ne trouve nulle part ailleurs. Quand on est pauvre, il reste heureusement la solidarité et la fraternité des uns pour les autres. C’est à eux que nous nous adressons en priorité. Parce qu’il est inadmissible que les politiques de droite, de l’extrême droite et du PS les stigmatisent ou les laissent souffrir en silence. Redonner tout leur sens aux mots liberté, égalité, fraternité, voilà ce que nous attachons à faire. Tous on besoin d’une vie digne et d’espoir pour l’avenir, c’est notre première responsabilité et nous l’assumerons jusqu’au bout.


A l’image des luttes gagnées par les salariés(es) précaires de l’hôpital de Saint-Jean et des combats que nous menons pour la régularisation des sans-papiers, nous continuerons à nous battre pour une Perpignan plus juste et porteuse d’espérance pour toutes et tous, avec l’aide de tous ceux qui partagent nos convictions. Une autre Perpignan, encore plus belle, exemplaire et rendue à sa population : voilà ce à quoi nous nous engageons.
Merci à tous ceux qui nous ont déjà rejoint dans cette aventure : militants du Front de Gauche, du NPA, syndicalistes, membres d’associations, citoyens impliqués et désireux d’une politique plus juste. Tous ensemble, nous démontrerons que la misère n’est pas moins pénible au soleil et que nous avons la volonté et les moyens de la combattre pour que chacune et chacun soient à nouveau fiers de vivre dans la capitale de la Catalogne du nord.


D’ores-et-déjà, Gabriel Amard, le plus compétent des élus du Front de Gauche, viendra soutenir notre action le 22 novembre (à 14 heures, salle des Libertés) et nous aider à construire le projet dont Perpignan a tant besoin. Réhabilitation des quartiers pauvres et construction de logements sociaux dignes et écologiques, création de structures d’accueil pour les jeunes et les plus isolés, municipalisation des services les plus indispensables (régie publique de l’eau pour qu’elle ne soit plus un luxe, amélioration et gratuité des transports en commun, refonte de la fiscalité locale pour qu’elle soit plus juste, mise en place des conditions aptes à recréer de l’emploi, implication des citoyens au cœur de la politique locale, etc.). Tout cela n’a rien d’irréalisable. Cela a déjà été fait ailleurs, nous savons comment faire et nous le ferons pour Perpignan. C’est l’engagement de notre liste, c’est la mienne en tant que tête de liste. C’est la vôtre de nous aider à la réaliser”.