DROIT DE REPONSE DE L’OPPOSITION HIPPOLYTAINE A L’ARTICLE PARU LE 27 AVRIL 2015 SOUS LE TITRE : « DEMAGOGIQUE…VOUS AVEZ DIT DEMAGOGIQUE ? »

« Si le budget voté le 9 avril n’est pas démagogique, alors c’est que nous ne connaissons pas la force des mots, car autrement, comment pourrait-on qualifier un budget dont les dépenses de fonctionnement ont progressé de +17,24% (+359 470€) en deux ans dont +24,20% (+274 597€) uniquement pour les charges du personnel. Quand beaucoup de mairies limitent leurs dépenses de fonctionnement, à Saint Hippolyte c’est le contraire, on les augmente.

Les embauches en 2014 d’une quinzaine de personnes auxquelles il faut ajouter plus de 10 emplois saisonniers pendant les mois de juillet et août ont grevé lourdement les dépenses de fonctionnement. Mme la maire veut nous faire croire que ce n’est pas pour  « flatter les passions des masses populaires, pour obtenir ou conserver le pouvoir, ou pour accroître sa popularité », nous n’en croyons pas un mot.

Une progression de la masse salariale de 7,5% en moyenne sur les 6 ans du mandat précédent (+45% de 2008 à 2013) nous semble bien plus raisonnable que les augmentations 2014 et 2015 de la majorité actuelle, qui représentent 57,7% des dépenses de fonctionnement.

Mme la maire nous parle de déficit d’investissement en 2013 et 2014. Elle a oublié que le percepteur a validé en décembre 2013 un excédent de 332 357 €, alors qu’en décembre 2014 c’est un déficit de 232 646 € qui a été annoncé. 

Mme la maire nous dit, comme l’a fait son premier adjoint à l’occasion de la présentation du budget 2015, « s’il nous faudra emprunter en investissement c’est pour solder les travaux de l’ancienne équipe et financer ceux à venir ».

Espérons que les travaux 2013 ont été payés en 2014. En 2015 l’emprunt servira plutôt à alimenter la trésorerie pour faire face aux dépenses de fonctionnement. C’est ici que le remboursement de la dette de 160 000 € que la communauté des communes Salanque-Méditerranée a été condamnée à nous verser, revêt toute son importance : la baisse des dotations de l’état et la mise en place des Nouvelles Activités Périscolaires coûtent cher aux petites communes qui, comme la nôtre n’ont pas beaucoup de marge de manœuvre et cette somme importante ferait le plus grand bien à nos finances.

En résumé, malgré les déclarations de Mme la maire et de son premier adjoint, la rigueur, les économies, la vigilance ne sont pas de mise quand il s’agit de satisfaire les demandes et c’est pour cette raison que nous n’avons pas voté ce budget que nous avons estimé démagogique ».