Élu président du Fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées dans la Fonction publique (FIPHFP) le 19 avril 2013 pour trois ans, André MONTANé, 76 ans, a exprimé le 15 mars 2016, lors de la conférence de presse dédiée à son bilan de mandature, sa volonté de ne pas prolonger ses fonctions de Président du Fonds à l’issue de son mandat.
« C’est avec sérénité et confiance dans la pertinence de l’engagement du Comité national, dans son expérience et sa maîtrise de la trajectoire pour la promotion de l’emploi des personnes en situation de handicap, que j’ai fait le choix de ne pas prolonger mon mandat de Président du FIPHFP. Il faut permettre le renouvellement et à d’autres dynamiques de s’exprimer. Mon avancée en âge m’impose la prudence et la modération. Je ne voudrais pas altérer, en jouant d’éventuelles prolongations, le travail collectif produit par le Comité national » a déclaré André MONTANé.

Trois années marquées par des engagements forts


Sur toute la durée du mandat d’André MONTANé, l’action du Comité national a été guidée par deux ambitions majeures : amplifier son action auprès des employeurs publics et faire du Fonds une référence en matière d’accompagnement et de solutions innovantes à mettre en œuvre en faveur de l’inclusion professionnelle des personnes en situation de handicap.
Son mandat a également été marqué par une volonté forte d’ancrer l’action du FIPHFP dans les territoires via le renforcement de l’action de ses Délégués Interrégionaux Handicap (DIH) et de la mise en œuvre des Handipactes territoriaux. Mais aussi par ses efforts engagés dans la réactivation du Conseil scientifique du FIPHFP, aujourd’hui véritable instance de réflexion participant à l’évolution de la considération générale portée sur les déficiences, et contribuant à la définition d’une société plus inclusive.

Un engagement récompensé


Sous la présidence d’André MONTANé, la qualité de l’engagement et les performances du FIPHFP ont été publiquement reconnues par la remise du prix « Victoires du service – Fonction publique d’État » par la ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique, Marylise LEBRANCHU, en décembre 2014.
Ces Victoires récompensent les meilleures initiatives en matière de modernisation de l’action publique. Elles honorent ceux qui, dans les trois Fonctions publiques d’État, territoriale et hospitalière, œuvrent au quotidien pour assurer la qualité et l’exemplarité du service public.

 

Une transition assurée jusqu’à la nomination d’un nouveau Comité national


Le président a précisé qu’il assurerait la transition conformément à la réglementation, jusqu’à la parution du décret permettant, par arrêté conjoint des ministères de tutelle, la nomination des membres du nouveau Comité national. Le décret étant toujours en cours d’élaboration, André Montané a profité de cette occasion pour rappeler la nécessité d’assurer la continuité de l’action du Fonds.
« La mandature s’achève mais n’est pas terminée. Je compte sur les ministères de tutelles pour que tout soit fait dans les temps afin que le prochain Comité national et les Comités locaux fonctionnent sans rupture et dans une harmonieuse continuité ».
André MONTANé, 76 ans, était membre du collège des employeurs de la Fonction publique territoriale au sein du Comité national avant de succéder à Didier FONTANA à la présidence du FIPHFP en avril 2013.
Conseiller général, puis départemental depuis 1998, André Montané a été vice-président du Conseil général de l’Ariège de 2009 à 2015, et vice-président délégué à la Solidarité départementale depuis 2011. Membre du Comité local du FIPHFP de Midi-Pyrénées de  2006 à 2012, André Montané est également président délégué de la Maison départementale des personnes en situation de handicap (MDPSH) de l’Ariège.
Au sein de l’Assemblée des Départements de France, il est membre de la commission Handicap, et à ce titre siège au Conseil national Consultatif des Personnes Handicapées (CNCPH). Il fait actuellement partie des groupes de travail sur « la professionnalisation des accompagnants de jeunes en situation de handicap » et sur « le parcours résidentiel des personnes en situation de handicap ». Retraité de l’Éducation nationale, il a dirigé plusieurs établissements d’enseignement adapté et spécialisé.
Le Comité national est l’organe délibérant (conseil d’administration) du FIPHFP. Il arrête les orientations générales de l’action du Fonds, approuve les conventions passées avec les grands employeurs et partenaires nationaux  et vote son budget.
Il est composé de 20 membres répartis en 3 collèges : représentants des employeurs publics, représentants des personnels et représentants des associations intervenant dans le champ du handicap. Ces derniers sont nommés par arrêté conjoint des ministres assurant la tutelle du FIPHFP. Pour chacun des membres du Comité national est nommé un suppléant, dans les mêmes conditions que les titulaires.
Le FIPHFP, au service des employeurs publics


Créé par la loi du 11 février 2005 et mis en place fin 2006, le FIPHFP, Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la Fonction publique, finance les actions de recrutement, de maintien dans l’emploi, de formation et d’accessibilité des personnes en situation de handicap dans les trois Fonctions publiques (ministères, villes, conseils généraux et régionaux, hôpitaux…).
Il intervient sur l’ensemble du territoire et pour tous les employeurs publics en proposant des aides ponctuelles sur sa plateforme en ligne, ou par l’intermédiaire de conventions pluriannuelles avec les employeurs et dans le cadre du programme accessibilité des lieux de travail et accessibilité numérique. Depuis sa création, le taux d’emploi est passé de 3,74 % en 2006 à 5,17 % en 2015.
Le FIPHFP est un établissement public national dirigé par Marc DESJARDINS. Il est placé sous la tutelle de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, du ministre de l’Intérieur, de la ministre de la Réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Fonction publique, du ministre délégué auprès du ministre des Finances et des Comptes Publics, chargé du Budget, et de la secrétaire d’Etat  auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion. Sa gestion administrative est assurée par la Caisse des Dépôts.