A l’Initiative de l’Association « Albères Sans Frontières » présidée par Pierre Becque, ancien maire de Banyuls-sur-Mer, les élus des deux côtés du Col de Banyuls se sont réunis sur le site pour dire leur volonté de voir les Etats français et espagnol ouvrir ce passage frontalier entre les deux Catalogne qui, selon le sénateur François Calvet (LR) « reste un des seuls fermés dans notre département et qui constitue entre les deux Albères un mur d’incompréhension ».

 

« J’étais bien sûr présent à cette rencontre qui a réuni les sénateurs français et catalans, des députés européens, espagnols et catalans », précise l’ancien député-maire de Le Soler, le sénateur François Calvet. « Elle a réuni également un grand nombre de maires des deux côtés de la Catalogne et bien sûr la totalité des maires de la côte. J’ai eu plaisir à y rencontrer Clara Ponsati, députée européenne ».

François Calvet rappelle : « Il y a maintenant une quarantaine d’années, l’Etat nous a incité à engager les collectivités vers des programmes transfrontaliers. C’est ainsi que des coopérations se sont nouées des deux côtés de la frontière, l’exemple emblématique européen étant l’hôpital transfrontalier de Cerdagne, à Puigcerda. L’Etat invoque comme raison de la fermeture la lutte contre l’immigration clandestine. En fait, il démontre uniquement son incapacité à régler ce problème qui ne dépend surement pas de la fermeture du Col de Banyuls, d’ailleurs toutes les personnes peuvent passer à pied, en moto, en cyclo et même par le côté en 4 x 4 ! Il faut mettre fin à cette mascarade par tous les moyens et notamment par les moyens juridiques qui seront engagés dans les semaines qui viennent ».