Dernièrement, nous avons eu le plaisir de trouver dans nos boîtes aux lettres, le Bulletin Municipal (BM) de notre village. Si nos souvenirs sont exacts, le précédent BM date de janvier 2022 (point de commentaire). Disons-le honnêtement. Si notre joie n’a pas été débordante à sa lecture, nous avons pu apprécier que l’entretien et le minima d’aménagements étaient réalisés

 

 

Notre joie n’a pas été débordante à sa lecture, car à notre avis, les éléments principaux sont restés dans l’ombre. C’est l’appréciation d’un grand nombre de citoyens avec qui nous avons discuté sans obligatoirement déblatérer. Nos propos ne prendront pas en compte l’état du commerce local. Nous aurons l’occasion de revenir sur ce grave sujet. Alors, faisons le point !

Le Café aux Arcades

Nous pensons que ce dernier est devenu la propriété de la commune. En effet, au grès des jours, nous avons pu constater une activité dans ses murs. En parallèle, quelques écrits sont venus confirmer cette hypothèse. Ceux du bulletin municipal de janvier dernier sont significatifs. « Un projet de grande envergure qui va se développer sur plusieurs mois, voire années ». Par contre, nous sommes à jeun de connaître le montant financier de l’acquisition tout comme le déroulement du grand projet. Nous espérons vivement que ce que nous pensons être un oubli, sera rapidement réparé.

Pour cet espace, nous avons rêvé de le voir transformé en un coin ludique, arboré de la meilleure manière, agrémenté de quelques bancs permettant aux promeneurs éventuels, de s’octroyer quelques minutes d’évasion en regardant François Arago dans les yeux. Ce dernier, heureux de voir la place portant son nom, embellie de la meilleure façon.

 

La maison dite “Susplugas”

Pour cette dernière et à écouter les rumeurs, nous pensons qu’elle est également devenue la propriété d’Estagel. Mais pour quel investissement ? Une communication sur ce sujet, aurait-elle filé de notre logistique ? Si les pompiers dont nous connaissons le dévouement et que nous ne remercierons jamais assez, utilisent cette belle demeure pour pratiquer des exercices indispensables devant la complexité des problèmes, nous pensons fortement, que ces derniers, ne peuvent pas être la finalité de cet immeuble avec son grand jardin attenant.

Pourquoi ne pas en faire un lieu de culture ou tous les artistes de notre coin du fenouillèdes et ils sont nombreux, pourraient se retrouver, partager leurs expériences, leur savoir-faire ? Un sujet à creuser, il nous semble. Avec toute la population si possible, grâce à une concertation populaire. Chiche !

Si, comme nous avons pu le comprendre, la municipalité réalise des financements sur fonds propres, il n’en reste pas moins que les citoyens ont le droit d’être informés sur les investissements importants. L’achat de balais ou de petits ustensiles, intéresse les utilisateurs. Pas forcément l’ensemble des citoyens.

 

La zone économique

D’après notre savoir et les rumeurs colportées, elle serait la propriété de la communauté Urbaine  Perpignan- Méditerranée Métropole (PMM). Nous ne parlerons pas des installations d’activités supposées. Pour le quart d’heure, une évidence s’impose. Cette zone d’activité économique présumée, ressemble fortement à une zone de misère. La population aimerait savoir quand, comment, dans quel laps de temps, les travaux d’installation vont commencer.

« C’est la faute de l’autre » restera une appréciation superflue.

Le rond-point devant la cave devient une entrée d’Estagel.

Pour le moins, lorsque nous empruntons ce passage, c’est la désolation qui arrive droit dans nos yeux. Cet endroit ressemble, à s’y méprendre, à un désert mal entretenu. Là non plus, nous ne savons pas très bien à qui incombe l’entretien. Peu importe finalement. Une nécessité environnementale s’impose. Ce rond-point doit donner envie de rentrer dans Estagel, de s’arrêter au caveau de la cave et non agir comme un repoussoir.

Le jardin inoccupé

Il est situé aux abords de la promenade des platanes. Si une approche a été conduite pour proposer une occupation, elle est restée lettre morte. Faudra-t-il que les sages personnes intéressées, fassent appel aux missives recommandées pour avoir une réponse ?

L’eau et la facture

Cette dernière vient d’arriver. Les utilisateurs sont pour le moins effrayés. Plus de consommation, plus de taxes ou augmentations de ces dernières ? (2012, le m3 = 2, 59 euros – 2022 le m3 = 3,68 euros). Les éléments restent flous. Une chose est certaine : les prélèvements financiers pour la consommation d’eau ont augmenté. Les citoyens trop souvent, ne regardent que le montant de la facture. Des explications s’imposent, d’autant plus, à la suite de la décision de PMM de remettre à des sociétés privées le soin de la gestion. Rappelons toutefois que seuls les 3 élus de Cabestany ont voté contre cette proposition qui est devenue force de loi.

Dans le même sens, qu’en est-il de la facture d’électricité pour l’éclairage public ? Alors qu’un grand nombre de maires sont préoccupés par les décuplements, qu’elle est l’appréciation portée pour notre commune ?

Voilà dans l’immédiat, le rêve étant le propre de l’homme, quelques réflexions soulevées, qui seront opportunes pour certains, qui ne plairont pas à d’autres.

Ouvrons le débat qui doit rester serein. Il est question de l’avenir de notre village.

Joseph Jourda