Depuis une dizaine d’années, le rôle des collectivités locales dans la mise en œuvre des politiques sur l’énergie et le climat a été renforcé. Aujourd’hui, une nouvelle loi d’accélération de la production d’énergies renouvelables intègre une planification territoriale des énergies renouvelables mettant au centre du jeu les élus locaux

 

À travers la définition des zones d’accélération, en concertation avec l’intercommunalité et les administrés, les élus locaux ont la possibilité d’accompagner le déploiement de toutes les énergies renouvelables (solaire, éolien, bois énergie, géothermie, méthanisation), un nouveau levier pour construire le futur énergétique du territoire.

Depuis le 1er juillet et jusqu’à la fin de l’année 2023, les élus locaux sont donc invités à proposer leurs zones d’accélération. Mais malgré les engagements pris par certains à l’occasion des élections municipales et malgré les attentes de leurs administrés, à mi-mandat, nombre d’entre eux sont, pour diverses raisons, encore hésitants à développer des projets sur leurs territoires.

D’autres toutefois n’ont pas attendu la récente évolution législative, l’introduction des zones d’accélération, ni d’être mis en première ligne pour agir. Conscients des enjeux de la transition énergétique, ils ont déjà convaincu leurs équipes municipales ou intercommunales et leurs habitants, imaginé des solutions, co-construit des projets et surmonté les difficultés. Aujourd’hui, ces maires pionniers peuvent se féliciter des bénéfices de leur audace. Ils ont ouvert la voie et donné la marche à suivre.

Le CLER-Réseau pour la transition énergétique et l’Association des Maires Ruraux de France (AMRF) souhaitent vivement mettre quelques-uns de ces maires pionniers en avant de manière à en convaincre d’autres de s’engager.

En cliquant sur le lien ci-dessous, un dossier met en avant le portrait d’une élue de la région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée : Geneviève Gasq-Barès, maire de Condom-d’Aubrac (Aveyron) :

DP CLER Campagne EnR – septembre 2023 def-compressé