(Communiqué)

 

 

Extension de Saint-Charles : un projet anachronique
« La communauté Urbaine Perpignan Méditerranée Métropole (PMM) vient de lancer une enquête publique dans le but de réaliser une modification partielle du Plan Local d’Urbanisme (PLU) de Perpignan

L’objectif de cette modification est clair : il s’agit de vendre trois hectares de terrain de toute urgence. Même si aucune explication n’est donnée sur le caractère urgent de cette vente, il est aisé d’en déduire un projet d’extension de la plateforme logistique Saint-Charles. Voici un projet anachronique, disproportionné et productiviste ! L’exact contraire de ce que les réalités et contraintes liées à l’urgence climatique imposent de faire ou de ne plus faire…
Le Mas Orline serait sacrifié sur l’autel du productivisme. Vingt-huit hectares de vignes et de vergers doivent être transformés en hangars et parkings.

Les agriculteurs du département n’ont rien à gagner dans cette extension, celle-ci étant juste dédiée au commerce international. La construction d’un rond-point sur la RD-900, voie d’accès prévue pour les camions, ne résoudra rien. Au contraire, de nouveaux camions ne feraient qu’aggraver la situation sur une RD-900 déjà fortement congestionnée.

La seule alternative serait le réaménagement de l’avenue Panchot, elle aussi notoirement congestionnée. La bétonisation d’Orline aura pour conséquence la destruction d’un site archéologique, avec la démolition du Mas Cantasol. Elle se doublerait de la destruction irrémédiable d’espaces où vivent plusieurs espèces de chauves-souris, dont certaines sont protégées. Aucune mesure de compensation n’est d’ailleurs prévue dans ce dossier.
Ce projet d’extension de Saint-Charles montre, si besoin était, le manque d’imagination et l’aveuglement des décideurs locaux. Après des décennies de monoculture du tourisme, après des décennies de monoculture des grandes surfaces, les élus de PMM se lancent dans le nouveau mirage de la monoculture de la logistique. Cela en dépit de tout respect du territoire et de la biodiversité, mais aussi à l’encontre de toute rationalité économique.

En effet le projet n’est appuyé par aucun dossier économique. Le programme Saint-Charles 2020-2040 n’a été finalisé qu’en juin 2022 et n’est, surprise, pas disponible pour le grand public. A défaut d’imagination et de rationalité, les élus seraient sans doute guidés par le sens de la divination ? ».

 

 

Francis Daspe, animateur de groupe d’action La France Insoumise / NUPES
Philippe Poisse, militant écologiste NUPES