Ci-dessous l’intégralité de l’intervention de Louis Aliot (RN), maire de Perpignan, lors de la conférence de presse qu’il a tenue, ce mercredi 2 mars en fin d’après-midi, en soutien aux Ukrainiens…

 

« Je vous ai demandé de venir aujourd’hui pour vous annoncer que la Ville de Perpignan, à la demande de l’association Cataladon, va mener une opération humanitaire visant à extraire 113 réfugiés ukrainiens actuellement dans la zone de LVIV et qui tentent de fuir les bombardements russes

Nous ne pouvons rester inertes face à un drame d’une telle ampleur qui se déroule sur le sol européen.

Cette opération s’organise depuis maintenant trois jours et nous l’avons bien sûr organisé confidentiellement car c’est une opération complexe et lourde du point de vue logistique, administratif. La préfecture est bien sûr tenue au courant heure par heure de notre initiative et nous travaillons également avec les autorités polonaises pour faciliter la prise en charge des réfugiés.

Il faut assurer l’hébergement qui arriveront lundi probablement dans notre ville sous le statut de protection temporaire qui doit être adopté jeudi par l’Union européenne. Nous sommes en train de trouver ces solutions d’hébergement et nous faisons aussi appel à la solidarité des Perpignanais

Tous nos services municipaux sont mobilisés pour accueillir les réfugiés dès lundi. Nous organisons un hébergement-tampon de 48 heures dans un lieu que nous tiendrons confidentiel pour des raisons évidentes tenant à l’état psychologique de personnes qui vivent une situation dramatique. Sachez dans qu’il y a essentiellement des femmes seules dont les maris sont au combat, des mamans avec leurs enfants et aussi des hommes de plus de 60 ans.

Je tiens à remercier la société Vectalia qui a aussitôt répondu favorablement à la demande associative et aux chauffeurs qui se sont immédiatement porter volontaires. Je laisserai le directeur de Vectalia expliquer la complexité de l’opération dans quelques instants.

Je me rendrai sur place et ceci pour plusieurs raisons. Tout d’abord, j’estime que le rôle d’un élu et notamment d’un maire est, dans de telles circonstances, d’agir en utilisant tous les leviers à sa disposition. J’avais dit que Perpignan était prête à prendre sa part dans l’accueil des réfugiés ukrainiens, et bien c’est fait.

Ensuite parce que la ville s’engage pleinement dans cette opération mais aussi parce que notre dialogue avec les autorités polonaises sera fort utile dans les différentes opérations administratives. De plus en cas de difficulté, ce qui n’est pas exclu, la présence de représentants institutionnels pourra être très utile.

Ensuite, je vous annonce également que nous avons fait une proposition de jumelage à la ville de Tchernovograd dont sont issus une grande partie des réfugiés de guerre que Perpignan va accueillir.

J’ai demandé aujourd’hui à l’association des maires de se mobiliser également pour trouver des hébergements d’urgence. Je tiens d’ailleurs à remercier Armelle Revel-Fourcade, maire du Soler, qui nous soutient et met à disposition un logement. J’appelle tous les Perpignanais à se mobiliser. Perpignan est une ville de Liberté et d’accueil qui aura connu une longue liste d’exils (juifs, espagnols, harkis ou pieds-noirs). J’invite donc les Perpignanais à parrainer une famille que nous recevrons pour les accompagner au cours de leur séjour dans notre ville dont personne ne peut dire combien de temps il durera.

Le départ aura lieu au cours de la journée de demain ».

https://fb.watch/bvmJjXLMj2/