Le fameux Wagon de Dali est le modèle iconographique du tableau emblématique Le Mystique de la gare de Perpignan“, créé par Salvador Dali à la suite de son voyage historique dans la capitale du Roussillon, le 27 août 1965. Pour faire comprendre au grand public des admirateurs du génie créatif de Dali la relation entre le “Wagon” et l’immense toile, j’ai fait  réaliser par Kodak-France une reproduction aux dimensions réelles de l’oeuvre (406 x 295 cm).

Depuis que le fourgon dalinien circule en Europe comme “plus petit espace surréaliste du monde”, la réplique Kodak fait partie intégrante du convoi “Wagon de Dali”. Les innombrables visiteurs ont apprécié l’aspect didactique de cette présentation conjointe de la reproduction et du wagon-modèle, en Espagne, en Allemagne, à Paris…

Or, à Perpignan 2015, pour la première fois, la reproduction spectaculaire du “Mystique de la Gare de Perpignan” ne figure pas au programme. La raison de cet “oubli” grave est la modification du plan culturel original des animations historiques. Au départ, le “Wagon de Dali” était prévu sur la Place de la Victoire.

La réplique Kodak devait être avantageusement exposée à l’intérieur du Castillet (Casa Païral), accessible aux Perpignanais et aux estivants du mois d’août. La veille de l’arrivée du fourgon surréaliste avec le camion-grue catalan de la société Padrosa de Figuères, 27 juillet 2015, je fus informé par la Mairie que le “Wagon” serait présenté Place de Catalogne. Il fallait tout repenser ! Devant le refus de la FNAC d’exposer la reproduction et compte tenu de l’impossibilité de présenter l’oeuvre dans le hall de la rédaction du journal l’Indépendant du fait des ses grandes dimensions : 406 x 295 cm, le “Mystique de la Gare de Perpignan” avait disparu du programme.

Cette réplique représentative reste déposée dans les locaux de la Direction municipale de la Culture, emballée, inopérante, inutile. Comprenne qui voudra.

Voilà qu’à la toute dernière minute, le directeur du  “Centre del Mόn, Robinson Osorio, m’a contacté pour me faire savoir qu’il souhaiterait exposer le “Mystique de la Gare de Perpignan” à la nouvelle gare TGV. Un accord constructif a été trouvé in extremis avec la Direction de la Culture de la Ville pour que cette idée prometteuse puisse se réaliser pour la Journée historique du 27 août.

Finalement, la reproduction du tableau emblématique de 1965 trouvera une mise en valeur logique à l’endroit même où a germé l’idée lumineuse  de sa création, il y a 50 ans. La nouvelle gare de Perpignan remplit désormais sa vocation de “lieu de mémoire”.

Pour la journée historique, le génie de Salvador Dali aura donc une illustration visuelle significative. Il convient d’en remercier le Centre del Mon !

Roger-M. Erasmy