Aymeric Caron n’est ni plus ni moins qu’un ayatollah de la cause animale !
C’est une très bonne chose pour la corrida, nos traditions, notre culture, que son texte de loi pour l’abolition totale de la corrida sur tout le territoire français n’ait pas vu le jour à l’Assemblée Nationale, à Paris, où il devait être débattu dans l’hémicycle ce jeudi 24 novembre 2022.
M. Caron devrait savoir que ces taureaux sont nés pour combattre et mourir dans une arène.
La corrida a une place très importante dans le sud de la France, elle est un lien social dans les villes taurines, un vecteur important du monde économique, touristique mais aussi écologique.
Le taureau de combat n’existe que pour la corrida, c’est un fauve à l’état pur, élevé comme un roi, pour combattre et mourir dans l’arène.
Ceux qui souhaitent l’abolition de la corrida ne respectent pas le taureau de combat et leur environnement. Ce sont des ayatollahs de la cause animale.
A ceux qui sont contre je ne leur demande pas de changer d’avis, mais simplement de comprendre les cinq ans d’un taureau de combat dans un environnement ô combien favorable et de saisir l’art de la corrida.
Je respecte qu’ils soient contre, mais qu’ils respectent nos traditions, notre culture. Et qu’ils cessent de nous traiter de « barbares » parce que nous ne pensons pas comme eux.
Et après, en suivant, demain ?… pourquoi pas brûler les tableaux de Picasso qui représentent des scènes de corrida, les écrits de Cocteau ou de Hemingway, pourquoi pas interdire la cargolade, la pêche à la ligne (c’est cruel d’attraper un poisson avec un hameçon) !…
M. Caron serait plus utile à l’Assemblée à défendre le pouvoir d’achat des Français, à lutter contre le réchauffement climatique, la pénurie d’eau, etc.-etc.

 

Charles Campigna, conseiller municipal d’Argelès-sur-Mer, passionné de corrida.