Contrairement à ce que nous avons pu écrire dans un précédent article, le Groupe des conseillers départementaux DCI-66 – Droite, Centre & Indépendants des P-O -, présidé par le sénateur Jean Sol (LR/ Les Républicains), et composé de  Laurence Ausina, Armande Barrère, Thierry Del Poso, Nathalie Piqué et Robert Vila, a soutenu dès le 1er tour le binôme Jean-Louis Chambon & Forence Micolau : « Après une belle et intense campagne qui a permis aux candidats que nous soutenions de se qualifier pour le 2e tour de l’élection départementale partielle sur le canton de Perpignan V/ Canohès : Florence Micolau, Jean-Louis Chambon & leurs suppléants respectifs, Geneviève Boutière et Denis Fourcade ont besoin de votre mobilisation active pour leur faire remporter cette élection, dimanche prochain ! », avaient-ils d’ailleurs cosignés dans un communiqué de presse que nous avons effectivement publié entre les deux tours dans ces mêmes colonnes. Tout était donc bien clair. La Rédaction de Ouillade.eu fait donc son mea culpa.

Pour le second tour de l’élection départementale partielle de dimanche (qui a eu lieu hier 4 décembre), sur le canton 10 (Perpignan V et commune de Canohès), le Groupe des conseillers départementaux de la Droite, du Centre & des Indépendants des P-O a bien évidemment, dans la logique de son engagement dès le 1er tour appelle à voter pour le même binôme, Jean-Louis Chambon & Florence Micolau, sélectionné donc pour le second tour.

« Par votre vote, pouvait-on lire toujours dans ce même communiqué de presse, ce dimanche 4 décembre, en élisant le binôme Chambon-Micolau vous ferez résolument le choix de faire rentrer au Conseil Départemental66 un binôme alliant l’expérience, la compétence et l’écoute au service de Tous. A toutes celles & tous ceux qui se retrouvent dans les valeurs de la droite et du centre, sur le canton 10 (Perpignan V / Canohès), votez et faites voter pour Jean-Louis Chambon & Florence Micolau ».

Visiblement, électrices et électeurs ne l’ont pas entendu de la même oreille… Peut-être, certainement même, c’est en tout cas ce qui nous aura induit en erreur, à la rédaction, que le parcours sur la scène politique locale pour le moins atypique du binôme – et sinueux pour le moins s’agissant du maire-candidat de Canohès -, ici soutenu dans cette élection partielle départementale jusqu’au bout par le Groupe DCI 66, a pu brouiller les cartes, déboussoler l’électorat.

Air connu et reconnu : seul le résultat compte.

« Chacun appelle « idées claires » celles qui sont au même degré de confusion que les siennes propres » (Marcel Proust)

 

L.M.