COMMUNIQUE DE PRESSE de François Pelras, délégué du FN  pour l’Agriculture et la Ruralité dans les P-O

 

« RENCONTRE AVEC DES RESPONSABLES DE LA COORDINATION RURALE »

« Mercredi 28 août avec notre député Européen Louis Aliot, nous avons rencontré un quinzaine d’agriculteurs à l’ Auberge de Nidolères près de Tresserre, chez Mme et M. Pierre Escudié.

Le président Philippe Maydat a ouvert la réunion, ensuite chaque agriculteur s’est présenté. Des viticulteurs qui vont débuter les vendanges, des arboriculteurs qui viennent de terminer une campagne catastrophique, des maraichers qui eux préparent leur campagne 2014/15, sans oublier leur dernière campagne bien médiocre. Les mines étaient tendues, les paroles n’étaient pas à la plaisanterie, ces chefs d’entreprises étaient agacés, révoltés, résignés de voir l’agriculture départementale en totale déliquescence, de voir que depuis des décennies, nos politiques locaux ont tous participé au grand bal des hypocrites, enfin de voir que certains responsables agissent en véritable amateurs ou en champions du clientélisme voir parfois en fossoyeurs.

La question régulièrement sur les lèvres d’un bon nombre de ces agriculteurs : « Comment un département possédant tant d’atouts a pu en arriver à une situation quasiment irréversible ? »

Tous les secteurs sont touchés : l’élevage affecté par la concurrence ou les crises sanitaire à répétition, la viticulture a perdu ses VDN et peut-être en route pour perdre ses muscats, l’arboriculture est agressée par  les importations, la sarka, etc., le maraichage est certainement le secteur le plus fragilisé, il va être confronté à l’embargo Russe ce qui risque de précipiter sa disparition, les apiculteurs confrontés à la mortalité des abeilles.

Je vous assure, chers amis paysans que certains se réjouissent de cette situation, ceux là même qui considèrent l’agriculteur comme emmerdeur plutôt que chef d’entreprise ou acteur économique.

Que faire ? En 2015, la démographie agricole va encore s’effondrer, les friches progresser.

En ma qualité de responsable de l’agriculture au sein du FN66, je peux assurer le monde paysan de notre volonté de mettre tout en œuvre pour sauver ce qui est encore possible de sauver dans ce département agricole et rural.

Certains seront surpris de m’entendre dire que les manifs c’est fini, je le pense réellement. Cependant il est possible de ne plus accepter certains contrôles, de ne plus se coucher devant une administration qui harcèle régulièrement les producteurs, de ne plus écouter comme des enfants de cœur les responsables syndicaux nationaux qui souhaitent, comme bon nombre de nos politiques, voir disparaître l’agriculteur méditerranéen pour gérer leur propre production dans les pays d’Europe ou du Maghreb.

En deux mots, je crois qu’il faudra renverser quelques tables pour avoir un peu d’oxygène.

Les agriculteurs qui souhaitent continuer à papoter avec les élus UMPS, élus  étant à l’origine de l’Europe responsable de la disparition de notre agriculture (ces mêmes élus qui votent les lois), ces élus cautionnant les grandes surfaces qui saignent les producteurs et consommateurs.

Avec Louis Aliot, député européen nous sommes prêts à vous aider, à accompagner les dossiers, à écouter tous les agriculteurs du département qui le souhaitent ».