(Communiqué)

 

-« Le maire de Perpignan veut donner le nom de Pierre Sergent, fondateur de l’OAS à une esplanade de la ville. Une provocation !

Qu’est-ce qui peut valoir à Pierre Sergent une tel honneur ?
Son nom est principalement attaché à celui d’une organisation terroriste, l’OAS, dont il a été le fondateur et l’un des principaux dirigeants. Et il en reste lourdement entaché. Cette organisation fut responsable d’attentats et de crimes innombrables en Algérie et en France, dont la tentative d’assassinat du Général de Gaulle. Pierre Sergent a été condamné à mort par contumace puis a bénéficié d’une amnistie.
Avec cette décision d’honorer cet adhérent de la première heure au Front national de Jean-Marie Le Pen, Louis Aliot affirme de plus en plus son appartenance à l’extrême droite la plus noire. Par touches successives, il efface tout ce qui renvoie à l’identité catalane de la ville et à son histoire progressiste. Comme le déclarait Jean Vila, ce choix est « une insulte à tous les soldats du contingent envoyés en Algérie et à tous les progressistes. » Un choix qui vise à faire plaisir aux nostalgiques de l’Algérie française et de la colonisation qu’Emmanuel Macron – Président de la République, NDLR -, lui-même a qualifiée de crime contre l’humanité. Cette décision est une déclaration de guerre à celles et ceux qui, dans notre ville, se battent pour l’apaisement des mémoires, pour une histoire franco-algérienne partagée.
Les communistes de Perpignan appellent les progressistes de la ville à manifester par divers moyens et en commun leur opposition à cette décision indigne ».

Section PCF de Perpignan