Le vendredi 14 juin, Lauriane Josende, sénatrice (LR/ Les Républicains) des Pyrénées-Orientales, s’est rendue au Centre pénitentiaire de Perpignan, à la rencontre des agents et de leur direction pour échanger sur leurs conditions de travail et sur la situation des personnes incarcérées.

Construit en 1987, l’établissement se compose d’un centre de détention pour hommes et de maisons d’arrêt accueillant hommes et femmes, ainsi que d’un quartier pour mineurs. Malgré une capacité théorique de 529 places, le centre héberge actuellement 861 personnes écrouées, dont 750 en détention. La maison d’arrêt pour hommes est particulièrement touchée par la surpopulation, avec un taux d’occupation de 240 %

 

-“La situation est alarmante, avec 79 matelas au sol dans des cellules où cohabitent déjà deux détenus, ce qui pose de nombreuses difficultés à la Direction et ses agents dans la gestion quotidienne du centre”, souligne la sénatrice des P-O.

Lauriane Josende a tenu à visiter le quartier des femmes, également touché par la surpopulation, avec 9 matelas au sol pour 64 détenues. Des mesures ont été mises en place pour offrir des douches individuelles aux femmes détenues, afin d’améliorer leurs conditions de vie.

Lors de cette visite, les agents du centre ont pu faire part de leurs préoccupations, concernant notamment l’évolution du profil des détenus, marquée par une augmentation des troubles psychiatriques majeurs et des comportements violents.

La problématique des transferts a également été soulevée. L’assassinat récent de deux agents et l’évasion de Mohamed Amra dit « La Mouche » accentuent très fortement les craintes des agents pour leur sécurité. Ceux-ci souhaitent la mise en place de tribunaux délocalisés, plus proches des centres et la tenue d’audiences en visioconférence.

“La mise en œuvre de ces mesures dans le contexte actuel est une évolution nécessaire pour garantir la sécurité de nos agents, dont le travail est difficile et courageux et qui craignent aujourd’hui pour leur vie. Je compte étudier de près une réponse à ces demandes légitimes”, a conclu la sénatrice des P-O à l’issue de cette visite.