Reine Nicoleau, colistière de PUVFM (Pour Une Ville Forte Maintenant), réagit aux propos de Lionel Nadal (UDI), adjoint au maire de Port-Vendres, à propos de divers projets communaux, dont celui d’une Maison de la Santé…

Effectivement Monsieur Nadal il semble que nous ne vivions pas dans la même ville.

Mais lesquels en sont le plus proche, ceux qui tiennent compte des voeux et des souhaits des habitants ou bien ceux qui prennent des décisions arbitraires depuis leur citadelle pour des projets comme vous le dîtes qui ont été annoncé depuis  « pas mal de temps » mais dont on aperçoit toujours pas l’esquisse d’une ébauche, sauf dans la réalisation de superbes maquettes prometteuses. Projets qui ne répondent pas aux priorités, les créations d’emplois.

Quand au Château Pares, qui devrait, selon vous, voir un jour la construction de l’un des trois hôtels 4 étoiles  que vous prétendez construire, sachez que la zone du château Pares  permettrait d’accueillir à la fois l’hôtel et la gare de départ du téléphérique  et même bien d’autres activités liées au tourisme.

Cependant, je ne suis pas certaine, que le lieu dont il est question soit très judicieux pour l’installation d’un hôtel, zone portuaire, zone artisanale et commerciale et par-dessus tout la présence de la station d’ épuration à proximité immédiate.

Pour le centre médical je ne comprends pas comment on peut envisager de recevoir des personnes malades, ou le public en général, dans une zone d’où l’on a délogé des hommes forts : les pompiers ! pour raison de sécurité et de zone à risques !

Vous avez eu six années pour réaliser des projets-promesses que vous voudriez sortir dans les dernières semaines d’un chapeau magique.

Nous prenons acte de votre obstination de tourner en dérision et à rejeter le seul projet créateur d’emplois qui permettrait de sortir de l’immobilisme que vous avez entretenu, tout comme vos prédécesseurs.

Enfin, traiter les projets de vos concurrents de plaisanteries,  démontre votre impulsivité et votre manque de sang froid, malgré la formule de politesse pompeuse et inappropriée que vous avez employé Monsieur Nadal.

Non Monsieur Nadal nous ne vivons pas dans la même ville, et certains, même, n’y habitent pas du tout…

Très cordialement”.