Photo ci-dessus : Jean-Pierre Roméro, maire UMP de Port-Vendres et suppléant du sénateur François Calvet, et Jean Castex, maire UMP de Prades (archives ouillade@eu)

 

C’est le JDD (Journal Du Dimanche) daté de ce dimanche 19 octobre 2014, en page 8 entièrement consacrée à l’ancien Président de la République Nicolas Sarkozy, qui l’annonce, dans un encadré intitulé « On se bouscule pour les régionales » : Jean Castex devrait conduire la droite en Languedoc-Midi-Pyrénées.

L’information est d’autant plus surprenante que l’on pensait que l’UMP’66 avait réglé le problème des prochaines échéances électorales : à savoir Jean Castex, maire de Prades, ancien Secrétaire général-adjoint de l’Elysée, se présenterait aux élections cantonales du printemps prochain pour ensuite briguer la présidence de l’Assemblée Départementale, en cas de victoire de la droite & du centre bien sûr ; tandis que Bernard Dupont, maire de Canet-en-Roussillon, conduirait en décembre 2015 la liste UMP dans les P-O.

Rien n’empêche, c’est vrai, Jean Castex de se faire élire dans l’Assemblée Départementale, sans ambitionner ensuite d’en revendiquer la présidence, d’autant que derrière lui les postulants ne manquent pas : Me Thierry Del Poso (maire de Saint-Cyprien et président de la communauté de communes Sud-Roussillon, candidat sur le canton de la Côte Radieuse Canet/ Saint-Cyprien) ou de Me Romain Grau (1er adjoint UDI de la Ville de Perpignan, candidat vraisemblablement sur le canton du Moulin-à-Vent en binôme avec Isabelle Marchesan de Noëll).

Mais là où ça ne colle plus, c’est pour conduire la liste UMP aux régionales.

D’autant qu’à la direction de l’UMP’66 on ne souhaite pas que les cumulards fassent leur nid en étant à la fois candidats aux cantonales puis aux régionales : « il faudra choisir ! », aurait déjà averti François Calvet, sénateur-maire de Le Soler, 1er vice-président de la Communauté d’Agglomération Perpignan Méditerranée… et président du comité départemental UMP’66.

D’autant que la liste made in P-O pour les régionales serait déjà calée avec à sa tête donc Bernard Dupont.

Bref, l’ex Secrétaire général-adjoint de l’Elysée, qui a gardé des liens très étroits avec Nicolas Sarkozy – ainsi qu’avec Valérie Pécresse, coordinatrice nationale pour les prochaines régionales – jouerait-il une carte perso à Paris… en (parfaite) connaissance du marigot politique local ? C’est certes plus prudent !