“Vente du patrimoine ? Mme AMIGOU… souvenez-vous, ces ventes ont été décidées sous l’égide de la précédente municipalité. S’agissant notamment du « terrain à usage sportif » mis à la vente, il y a belle lurette qu’il n’avait pas vu l’ombre d’un crampon. De plus, la commune est désormais dotée d’un nombre de stades suffisant pour la pratique sportive.

Conseillère municipale de l’Opposition laurentine, vous n’avez de cesse de critiquer systématiquement la gestion financière de la commune de Saint-Laurent de la Salanque sans être, soit dit en passant, tout à fait objective.

Vous répétez, réitérez pour ne pas dire rabâchez à chaque séance du conseil municipal, à quel point la gestion financière de la commune est catastrophique pour reprendre vos propres mots. Une gestion financière tellement catastrophique qu’en 2015 la commune n’a pas emprunté, que la part communale des impôts locaux n’a pas augmenté depuis 7 années consécutives (je rappelle à la marge, que Maire aujourd’hui, je n’y suis pas totalement étranger considérant que j’ai été adjoint aux finances sous la précédente municipalité), que le taux d’endettement par habitant a même diminué, et que la municipalité a fait baisser le taux de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères pesant sur les foyers laurentins etc.

Vous nous rabattez les oreilles de chiffres, d’indices de communes de la même strate, de normes et de comparaisons nombreuses et diverses sans aucun retraitement… Mme AMIGOU excelle dans l’art de l’interprétation des ratios, confondant parfois même les couleurs. La commune a effectivement une capacité de désendettement de 9,6 ans, mais, elle ne se situe pas en orange comme elle semble le laisser entendre, mais dans la zone médiane jaune (8 à 11 ans) la zone orange se situant entre 12 et 15 ans. Quant à l’éternelle comparaison avec « les communes de même    strate », elle n’a de valeur que si l’on effectue une analyse sur plusieurs ratios et non sur un seul.

Mais ne cédons pas à la simple lecture des chiffres bruts tels que proposés par cette conseillère municipale de l’opposition qui  interprète un rôle, telle une maitresse d’école qui donne la leçon. Nul n’est dupe et tout un chacun sait pertinemment que l’on peut faire dire ce que l’on veut aux chiffres.  

Pour commencer, certes, le budget primitif 2016 a été adopté avec 7 voix contre ; mais il n’en demeure pas moins qu’il a été adopté à la majorité avec 21 voix pour !

Chers Laurentins, dans un souci de transparence, je souhaite vous apporter le détail et la réalité de ce qui est soutenu par cette conseillère municipale d’opposition. 

Mme AMIGOU avance : « 56 recrutements depuis 2014 contre 15 départs soit une augmentation de 20 % des charges de personnel (834 038 €) ». En réalité, à ce chiffre « 56 », il convient de retraiter :  les personnels qui ne sont pas employés à plein temps, soit 10 personnes, ainsi que les départs (retraite, mutation, décès) soit 19 personnes de plus.

              Au final, ce n’est pas le chiffre de « 56 » qu’il convient de retenir, mais celui de 27 créations d’emplois. A mettre également en exergue avec la gestion d’une commune de plus de 10.000 habitants, avec la création de nouveaux services municipaux, tout comme la qualité du service public rendu que chacun appréciera :

  • une navette au service social,
  • un A.S.V.P et un policier municipal au service de la police municipale,
  • des agents d’animations pour les Nouvelles Activités Périscolaires (N.A.P.) dans les écoles,
  • ou encore la reprise en régie des espaces verts et des encombrants.Quant au chiffre de 834 038 € de dépenses de personnels alléguées, sur plusieurs exercices budgétaires je tiens à le préciser, Mme AMIGOU omet délibérément d’associer les recettes correspondantes : 109 000 € de remboursement de l’euro à l’euro de Perpignan Méditerranée Métropole pour les encombrants, 145 000 € de suppression de charges afférentes au marché public d’entretien des espaces verts, 100 600 € de remboursement de l’Etat pour les NAP ou encore les divers soutiens de l’Etat liés aux emplois aidés.En outre, et sans vouloir vous assommer de chiffres, je tiens à vous faire remarquer que le budget 2016 prévoit un excédent de trésorerie (Capacité d’Autofinancement) de 1 378 900 € (Recettes Réelles – Dépenses Réelles). Cet excédent sert à financer la section d’investissement. C’est aussi une façon, plus réaliste, de présenter les chiffres.

    En ce qui concerne la sincérité budgétaire,  Mme AMIGOU devrait peut-être laisser à Mme la Préfète, l’emploi et la fonction de contrôler la légalité du budget laurentin…”.