Dans l’une de mes dernière tribune parue dans sur le site ouillade.eu entres autres, j’écrivais mon inquiétude quant à la probable suppression du pécule des 300 000 enfants français placés par l’ASE (anciennement DASS) en faveur des départements.
Belle victoire pour nous et  pour les associations de défense des enfants placés : le Sénat a rejeté l’amendement proposé par Elisabeth DOINEAU, sénatrice centriste du département de la Mayenne, et nous en sommes très fiers.
Aujourd’hui, nos 300 000 enfants peuvent encore garder un espoir pour s’en sortir mais c’est le moment de rappeler à tous les citoyens que nos droits ne sont jamais acquis, que le combat pour lutter contre ce genre de propositions est rude, car souvent ces dispositions-là ne sont pas médiatisées !
Ne jamais renoncer, c’est en tout cas la preuve que nous pouvons faire… et défaire.
C’est une victoire dont je me réjouis fortement. Je félicite les sénateurs-trices.
A la veille de la Journée mondiale des Droits de l’enfant, je me permets une fois de plus d’interpeller tous nos élus et décideurs, toutes celles et tous ceux qui ont une parcelle de pouvoir :  500 enfants dorment chaque soir dehors dans la capitale du pays des droits de l’homme, Paris ! Il reste donc beaucoup à faire pour la protection des enfants, avant de penser à leur enlever le peu de droits qu’ils ont ! ».
Jimmy PARADIS
Cofondateur mouvement politique local  Désobé!r,
Porte-parole officiel  STRASS en Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée.