Estagel/ Ambre Rapidel : la 4e Dauphine miss 15/17 Languedoc-Roussillon, dans nos murs !

Si Ambre habite à Latour-de-France, son village d’origine est bien Estagel. Elle a commencé sa scolarité à la maternelle dans ce village. Ensuite, elle a poursuivi en primaire à Latour-de-France pour revenir au Collège Irène Jolio – Curie dans la patrie de François Arago. Aujourd’hui, elle étudie au lycée Léon Blum à Perpignan et souhaite devenir esthéticienne.

À 16 ans, tous les rêves sont permis. Ambre, qui pointe son nez dans la vie, a tout compris. Elle essaye de les réaliser avec une grande responsabilité et ce n’est pas sa nomination parmi les quarante postulantes, au concours organisé à Marsillargues dans l’Hérault, qui lui fera tourner la tête. C’est ce que nous pouvons retenir du petit entretien qu’elle nous a accordé, sur les terres de ses ancêtres à Estagel. Ces terres où elle garde les pieds profondément ancrés, comme des racines allant puiser l’énergie et le courage nécessaire pour œuvrer dans la vie.

Ambre et la culture

C’est à la chapelle Saint-Vincent où elle a choisi de commencer notre conciliabule. Notre dauphine sait, que cette chapelle est un haut lieu de culture pour le village, notre coin du Fenouillèdes, mais bien au-delà, depuis le « Festival d’Estagel et des Côtes du Roussillon Village », jusqu’à nos jours et le dernier été. Elle habitait juste en dessous et son tout jeune âge a été bercé par les nombreuses représentations. Ce n’est pas par hasard donc, qu’elle a décidé de devenir esthéticienne. Cette orientation professionnelle est un art à part entière et considéré comme tel. Mais Ambre, disons-le, est aussi intéressée par toutes les autres expressions culturelles. C’est pour cela que son projet professionnel, pour s’établir à son compte, a toutes les chances de réussir.

Une ambassadrice de charme pour notre viticulture

Si Ambre porte un vif intérêt pour la culture au sens large, elle garde une attention toute particulière pour la vigne et le vin. Nous pouvons comprendre pourquoi. En effet, son arrière-grand-père était un vigneron-coopérateur. Lorsqu’on possède une telle ascendance, les exemples sont nombreux pour en témoigner, c’est toute cette vie de travail souvent dur, pénible, singulier, mais fier, forçant le respect qui ressurgit. Et notre dauphine, porte à merveille ce témoignage puissant.

Une jeune fille studieuse

Un de ses charmes, repose sur le fait qu’elle est loin de se prendre pour miss Univers. Au contraire, elle sait rester humble. Et quand sa maman Céline, raconte son parcours scolaire, nous comprenons mieux pourquoi Ambre est capable de construire son parcours. C’est pour cela qu’elle va réussir pensons-nous. Elle a déjà la responsabilité que beaucoup peuvent lui envier, et cela, l’école du village, les enseignants y sont bien pour quelque chose. Elle est toute simple. Finalement comme beaucoup de jeunes filles que nous pouvons côtoyer.

 

Et le sport dans tout ça ?

Et bien là aussi, notre dauphine a ses idées. Si elle aime le rugby, autant le XV que le XIII tient-elle à préciser, elle préfère pratiquer le Cheerleading. Entendez : pompons-girls ! Elle nous assure que c’est réellement un sport très prenant et physique. Mais quel plaisir nous assure-t-elle, de supporter l’équipe de son choix ou ses amis sont joueurs. Un complément en effet, et non des moindres, pour une équipe de rugby ou autre.

Des accompagnants (es) veillent au développement harmonieux de toutes les identités.

C’est la délégation du comité Miss 15/17 Languedoc-Roussillon qui accompagne les promues dans leurs itinéraires. Effectivement, tous les mois, elles se retrouvent pour faire des sorties, participer à des actions, comme la marche pour le cancer du sein ainsi que la cérémonie du 11 novembre. Ce dernier exemple, reflète bien le sentiment de faire en sorte que les jeunes générations soient porteuses de paix, en refusant la violence et les tueries.
Très louable tout cela !
Un dernier mot pour souhaiter toutes les chances possibles à Ambre, plein de joies, tout en formulant le souhait pour nous, de faire de nouvelles rencontres dans cet univers.

À bientôt !

Joseph Jourda