(Communiqué)

 

 

 

Des membres du Groupe de travail à l’article 1er de la constitution du 4 octobre 1958 ont rencontré Patricia Miralles, secrétaire d’État aux Anciens combattants, lors de sa visite au Camp Joffre de Rivesaltes, le vendredi 30 septembre 2022. A cette occasion, ils lui ont remis une lettre  de doléances

 

« La citoyenneté française reprend son sens et sa légitimité après le discours de la secrétaire d’État aux anciens combattants. Le dimanche 25 septembre 2022 journée nationale hommage aux Anciens combattants harkis et leurs familles, Mme Miralles, secrétaire d’État aux Anciens combattants, a prononcé un discours aux Invalides, repris sur l’ensemble du territoire national par les préfets. Elle y précise notamment la qualité et le statut sans ambiguïté de « Soldats Français », en soulignant l’héritage militaire de nos aïeux, en mentionnant avec force, et l’accentue en déclarant : « Ce sont des soldats français qui ont été abandonnés », il y’a soixante ans (…) ».

« Nous avons travaillé et insistés depuis maintenant cinq années pour que cette citoyenneté française soit enfin reconnue et employée dans le langage officiel de la République, chose qui n’a jamais été prononcée dans les discours des années précédentes, et ce depuis la mise en place de cette date en 2001 par Jacques Chirac, alors Président de la République Française ».
La Constitution du 4 octobre 1958 et le droit de vote du droit commun justifie légalement et juridiquement le statut de citoyens français pour cette composante de la Nation Française.

 

Abdallah Krouk et Nasser Nouali, membres du Groupe de travail à l’article 1er de la Constitution de 1958 de la Ve République