(Vu sur la Toile)

 

Rédaction France Info.- Les agressions contre les pharmaciens sont en hausse. “En 2022, 366 agressions (verbales, physiques ou vols) ont été déclarées sur le formulaire de l’Ordre, dont 14 en outre-mer”, indique le Conseil national de l’ordre des pharmaciens dans un bilan qui sera publié lundi et que franceinfo a pu consulter dimanche 4 juin. Par rapport à 2019, le nombre d’agressions subies par les pharmaciens a augmenté de 17%. “Il y a clairement une augmentation par rapport à 2019”, indique sur franceinfo Carine Wolf-Thal, la présidente de l’Ordre.

Avec 366 agression, “ce nombre revient à un niveau équivalent à celui d’avant crise sanitaire, après une forte augmentation due à un contexte épidémique exceptionnel”, selon le bilan. “La période COVID a été particulièrement compliquée pour les pharmaciens, a insisté Carine Wolf-Thal, on se souviendra des difficultés pour avoir des masques, pour faire des tests, puis les difficultés avec les vaccins et les réactions anti-vax”.

Les violences verbales et physiques à l’encontre des pharmaciens sont majoritaires et sont proportionnellement en progression depuis deux ans, indique le rapport.

“Ce sont des insultes, des coups, parfois mêmes avec des armes, dans 5% des cas”

Carine Wolf-Thal, présidente de l’Ordre des pharmaciens. à franceinfo : “Les tensions d’accès aux soins ou même à un médecin, cela crée des tensions dans la population qui n’ont pas toujours ou plus comme avant accès à leurs médicaments”, explique Carine Wolf-Thal. 70% des agressions sont liées à un refus de dispensation, c’est-à-dire une impossibilité à délivrer les médicaments demandés.

 

Trois régions concentrent plus d’un tiers des agressions

Les régions où le nombre de déclarations d’agressions subies a été le plus important sont l’Auvergne Rhône-Alpes, l’Île-de-France et les Pays de la Loire. Elles concentrent près de 35% des agressions déclarées. Une majorité des incidents se produit, note le rapport, dans des villes de moins de 30 000 habitants et notamment dans des communes de moins de 5 000 habitants.

Enfin, l’Ordre rappelle l’importance de déclarer les agressions dont les professionnels sont victimes. Seulement 35% des pharmaciens ont porté plainte à la suite de leur agression, selon le rapport.

(Source Franceinfo)