Marcel Mateau, Christian Bourquin et Jacques Cresta.

Christian Bourquin (PS), sénateur des P-O et président de la Région Languedoc-Roussillon, aux côtés de Jacques Cresta (PS), député des P-O et vice-président de la Région, ainsi que de Marcel Mateu (PS), conseiller régional et conseiller général (d’Elne) – ces deux derniers siégeant au conseil d’administration de l’aéroport de Perpignan – est venu, conformément à ses engagements lors des voeux, devant la presse pour tenir les journalistes informés du devenir de l’aéroport de Perpignan, notamment après la folle et inquiétante rumeur concernant la suppression de la liaison d’Air France Paris/ Perpignan

Christian Bourquin a annoncé que « suite à un travail mené depuis de nombreux mois, la compagnie Air France maintenait ses liaisons aériennes quotidiennes entre Perpignan et Paris à des tarifs préférentiels, à partir de 55 euros, toujours dans le souci pour la région de favoriser les déplacements tout en préservant le pouvoir d’achat (…). Air France a inventé un nouveau modèle  commercial, la compagnie « Hop ! », qui regroupera trois compagnies : BritAir, Régional et Airlinair, lui appartenant et proposera de ce fait trois tarifications évolutives« .

Le président de la Région a rappelé que « la préoccupation de la Région en tant que gestionnaire de l’aéroport de Perpignan était d’assurer la qualité du service proposé. Cette exigence passe par une tarification attractive, par le maintien des fréquences des lignes et également par de nouvelles liaisons et destinations (…) ».

Pour cela, il faudra être patient et attendre le 6 février prochain lors d’une nouvelle conférence de presse en présence du patron de la nouvelle société, « Hop ! », Lionel Guérin, qui sera aux côtés de Christian Bourquin pour détailler les évolutions commerciales qu’offriront très prochainement les aéroports régionaux…

« Un regret : que les oiseaux de mauvais augure, qui ont agité le microcosme perpignanais et la blogosphère, pour faire état de leur pessimisme, n’aient pas daigné en premier lieu se renseigner auprès de l’autorité gestionnaire de l’aéroport pour savoir si, au moins, ces dires étaient fondés ! ».

Christian Bourquin et les élus qui le soutiennent « se félicitent de cette avancée en partenariat avec les compagnies aériennes dans un souci de proximité de nos territoires, de service de qualité en direction de nos populations et d’une construction stratégique de développement de nos territoires en cohérence et pertinence et pas en concurrence (…) ».