Les massacres à la tronçonneuse continuent, après Pézilla-la-Rivière, Argelès-sur-Mer, c’est maintenant au tour de la commune de Thuir, dans son centre cœur, et pour ne citer que ces mauvais exemples départementaux…

Des arbres et parcs de toutes époques laminés au profit de la bétonisation. On peut imaginer cette vision à l’échelon national ! Et pendant cette éradication végétale que font nos écologistes dans le second tour des municipales 2020 ? Sous leurs bannières vertes, les encartés EELV (Europe Ecologie-Les Verts) ne bravent pas la foudre et les canons. Ils préfèrent négocier, fusionner, vendre leur âme à ce qu’ils appellent le front républicain. Un front républicain tellement réchauffé qu’il laisse une forte odeur de « recuit-brûlé ».

Aux quatre coins de notre France : Rennes, Perpignan, Lyon, Paris, le vert se fade, finit par se mélanger dans les bas fonds des clientélismes type anciens mondes socialo-LaREM-LR. C’est le vertige sauve qui peut ! Ces écolos laxistes traîne-savates ne cherchent au final qu’une place à l’ombre derrière les poteaux éoliens défigurant notre patrimoine environnemental. « Ces gens là », Messieurs Mesdames, n’ont rien en commun. Les vrais Verts ne sont plus. Ils ont été remplacés par des politicards cumulards de la gauche caviar sans partage, ne connaissant rien de nos rivières, des piqûres de guêpes, loin des prairies minées par les bouses de vaches et des dix kilomètres à pied qu’il faut faire pour aller bosser. Tous ne sont que poudre au yeux !

De ces pseudos écologistes que ferons nous ? Avec de tels comportements, espèrent-ils vraiment arriver dans un pouvoir en solo ? Non, car ils en sont incapables.

Courage, abnégation, sincérité, authenticité, vérité, cohésion, aucun de ces mots n’apparaît sur leur curriculum vitae.
Au delà de mes convictions politiques, je n’attends plus rien de ces va-t’en- guerre foireux.
L’Ecologie, la vraie, vaut bien mieux que ces petits au nez poudré !
Freddy Rabasse (Pézilla-La-Rivière)