La sénatrice des P-O, Lauriane Josende, le président de l’AMF (l’Association des maires de France) et maire de Cannes, David Lisnard, et le maire de Pézilla-la-Rivière, Jean-Paul Billes.

 

Dans le cadre de la mission sénatoriale d’information sur la mise en œuvre du “Zéro Artificialisation Nette” (ZAN) au Sénat, Jean-Paul Billes, maire de Pézilla-la-Rivière, conseiller communautaire délégué de PMM (Perpignan Méditerranée Métropole) et président du SCoT, a été auditionné – à la demande de la sénatrice des P-O, Lauriane Josende -, par les sénateurs, en présence notamment de Franck Proust, président de Nîmes Métropole, Annette Laigneau, vice-présidente de Toulouse Métropole, ainsi que de nombreux maires d’Occitanie et d’autres régions, vivant des réalités très différentes.

 

L’objectif de cette audition était de réfléchir sur les économies d’espaces réalisables et la faisabilité du ZAN. Il en est ressorti une dénonciation unanime d’un aménagement du territoire basé sur une écologie punitive, à marche forcée, à travers le constat partagé d’une loi inapplicable en l’état.

“Le même soir, souligne Lauriane Josende, nous avons assisté à la remise du Prix de l’enracinement à David Lisnard, maire de Cannes et président de l’AMF, organisé par le think tank Écologie responsable qui croit à une écologie positive. Car oui il existe, une autre écologie que celle qui souhaite tout interdire et nous condamner à la décroissance. Nous devons soutenir une écologie responsable, basée sur le progrès et réellement déclinable sur le terrain, à travers la confiance qui doit être faite aux élus locaux”.